La lecture de la carte d’identité : un long fleuve tranquille ?

La lecture de la carte d'identité : un long fleuve tranquille ?

Plus de 3 mois se sont écoulés depuis la mise en application de la lecture de la carte d’identité. Les infirmiers ont l’obligation depuis le 1er octobre 2017 de passer la carte d’identité valide du patient avant de débuter les soins. Après une mise en route des plus chaotique, les prestataires infirmiers s’attendaient à une résolution de tous les problèmes. Ce serait mentir que d’affirmer qu’aucune amélioration n’est intervenue. De réels changements se sont avérés, les facturations n’étaient plus rejetées dans leur entièreté.

[ Lettre ouverte à Maggie]

Oh bonheur ! Les infirmiers perçoivent partiellement les honoraires pour lesquels ils ont prestés des semaines de 60 heures voire davantage.

Et toi Maggie, tu en penses quoi ?

Cependant, de mois en mois, ils doivent réintroduire la facturation de soins moins courants qui ne passent pas lors du contrôle mutuel. Pourquoi ? Soit ils ne requièrent pas la lecture de la CI (carte d’identité) ou a contrario, ils nécessitent plusieurs lectures.

Et toi Maggie, tu en penses quoi ?

Chers collègues, vous passez des heures au téléphone à la fois avec le helpdesk de votre fournisseur de logiciel et puis avec l’union qui vous a envoyé ces messages d’erreur et qui ne peut rien faire puisque cela a déjà été traité. « Vous devez réintroduire le mois prochain » et donc les erreurs du mois d’octobre sont réintroduites en novembre, puis celles d’octobre et de novembre sont réintroduites en décembre, etc… A quoi joue-t-on ? Ces soins vous les avez prestés. Vous les avez validés avec votre lecteur de carte d’identité.

Et toi Maggie, tu en penses quoi ?

Des problèmes de connexion ne permettent pas de valider correctement la lecture de la CI depuis 2 semaines, la période de tolérance (s’il y en a eu une, je me pose la question) est terminée. Que fait-on si plus de 10% ne peuvent être validés, les soins sont prestés, le patient n’est pas responsable, sa carte d’identité est valide mais la connexion ne se fait pas : qui est en cause ? Le réseau, le GSM, le logiciel ?

Et toi Maggie, tu en penses quoi ?

Maggie, tu as voulu séparer l’ivraie du bon grain en appliquant une mesure imparable mais tu t’y es mal prise. Le « bon grain » souffre affreusement, pourquoi n’as-tu pas expérimenté ce système avant de le mettre à exécution ? Nous sommes nombreux à endurer les conséquences de cette lecture. Elle est chronophage, génère angoisse, dépenses et burn-out par son manque de préparation. Beaucoup pensent à rendre leurs tabliers et certains ont réellement quitté la profession. Tous ces prestataires n’ont pas démérités, le patient est toujours soigné dans sa globalité. Le secteur des soins de santé est inquiet face aux mesures qui se profilent. Qu’adviendra-t-il dans le futur ? Et si toutes ces mesures allaient conduire à une pénurie d’infirmier ? C’est peut-être in fine le but ?

Et toi Maggie, tu en penses quoi ?

De quoi, nous plaignons nous ? Le statut social Inami (PCLI) est passé au moniteur ! Il s’agit d’une intervention annuelle de l’Inami destinée aux prestataires de soins en contrepartie du respect des obligations imposées par la convention Inami. Au fait, saviez-vous qu’un infirmier vaut 33% d’un kinésithérapeute et 10% d’un médecin pour le montant alloué du statut ?

Merci Maggie !

Tu es persuadée d’appliquer des mesures qui, à terme, seront bénéfiques pour la population : économie, structure, traçabilité, modernité… mais l’humain, il est ou dans tout cela ? Et toi Maggie, tu en penses quoi ? Nous aurions pour souhait que tu mettes un peu de ton énergie pour communiquer avec les professionnels que tu écorches. Mais …

Karine Dethye

[ A lire]

- Les dessous des modifications de l’AR 78 : des soins low cost !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus