Je voulais devenir famille d’accueil... mais ne pouvais être que psychologue !

Je voulais devenir famille d'accueil... mais ne pouvais être que psychologue !

Je travaille comme psychologue dans le secteur de la petite enfance et j’ai envie de partager avec vous ces moments où dans notre métier, nous nous retrouvons face à nos limites. Ces moments où je voudrais ramener un enfant chez moi pour l’aider à grandir, lui offrir une chance de bénéficier d’amour et de soins, comme en bénéficient bon nombre d’enfants. Mais dans ces instants-là, je ne suis que la psychologue qui accueille cet enfant et c’est le cœur lourd que je rentre chez moi.

Dans mon quotidien, je travaille très souvent avec des enfants ayant subi de la maltraitance physique ou de la grosse négligence. Pour certains d’entre eux, il en résulte de très gros retards de développement. Bon nombre d’entre-eux vivent en institution, suite à une mesure protectionnelle du tribunal de la jeunesse. Ces petits bouts d’chou, que je rencontre, ont souvent moins de 2 ans et présentent de très gros retards staturo-pondérals et des retards de développement. Pour certains, la marche n’est pas acquise, le langage n’a pas encore émergé. Bien souvent, ces retards sont liés à un manque de stimulations durant les premiers mois de vie. C’est souvent la colère qui gronde en moi face à de tels constats.

Les lieux de vie où ces enfants sont hébergés tentent d’offrir le maximum de stimulations possibles à leurs pensionnaires. Malheureusement, bien trop souvent, les ressources dont ils disposent sont insuffisantes. Deux éducatrices pour 6 enfants dans le meilleur des cas. Mais il faut surtout s’imaginer que chacun de ces 6 enfants devrait pouvoir bénéficier de l’attention d’un adulte à lui tout seul. C’est donc finalement aux enfants les plus en difficultés que notre société demande d’être le plus résilient.

Face à cette réalité, je sors de mes gonds, je dois d’ailleurs me retenir pour ne pas sortir de mon cadre de travail. Avant d’être psychologue, je suis humaine. Ces jours-là, quand je réalise l’évaluation du développement de ces enfants, j’ai envie de les dorloter, de leur offrir un quotidien où l’amour, la tendresse et les stimulations nécessaires à leur développement seront présents. Quand, je les vois repartir, accompagnés de leur puéricultrice, j’ai bien souvent le cœur qui se fend. A aucun moment, je ne remets en question la dévotion, la chaleur et l’engagement de ces hommes ou ces femmes qui travaillent dans les pouponnières. Je sais combien leur travail et leur présence au quotidien des enfants permet à ces enfants de grandir, mais une institution ne remplacera jamais la chaleur d’un foyer. Actuellement, nous ne pouvons que déplorer le peu de familles d’accueil disponibles. C’est donc très souvent un projet de séjour en institution qui est retenu par les instances protectionnelles, faute d’une autre alternative.

Alors oui, dans de telles circonstances, j’ai envie de ramener ces petits bouts chez moi. Je ne me dis pas que je ferai mieux que l’institution, mais je sais que cet enfant aurait l’attention d’une adulte pour lui tout seul et cela, l’institution, tout outillée soit-elle, ne pourra jamais l’apporter.

Ces petits êtres en devenir sont les adultes de demain, il est donc essentiel de leur offrir un cocon chaleureux où ils recevront toutes les stimulations nécessaires à leur bon développement. Notre société se doit de leur fournir ce minimum et actuellement les pouvoirs subsidiants ne donnent pas aux institutions les moyens de leur mission.

V.B, psychogue clinicienne

[A lire]

- Formateur ou gourou ?
- La co-intervention dans le travail thérapeutique
- Miroir sans tain et filmer les entretiens, des outils pour qui ?
- Recherche ou clinique… il faut trop souvent choisir !
- Hôpital pédopsychiatrique : durée de séjour maximum 3 ans !
- Quand le psy et le judiciaire se rencontrent, quels enjeux autour d’une expertise ?
- Quand une équipe psychosociale se lance dans l’organisation d’un colloque… Défi ou folie !
- Le travail thérapeutique avec un interprète, un véritable défi
- Trisomie 21, vers quel enseignement s’orienter ?
- Psychologue et éducateur... Deux visions d’une même réalité ?
- Institution d’Aide à la jeunesse... 18 ans et après ?
- Le remboursement des soins de logopédie, réservé à l’élite intellectuelle ?
- Un an après… Du sentiment d’inutilité à la réflexion
- Ouverture d’une antenne de l’équipe SOS enfants-ULB
- MGF : lancement de la plate-forme européenne UEFGM



Commentaires - 4 messages
  • Bonjour merci pour ce témoignage dans lequel je me suis reconnue. Jaimerai beaucoup echanger avec lauteur de larticle. Je suis maman de deux filles, j'ai un Master de psychologie clinique, un DU en attachement et systèmie familiale et une expérience en pouponnière auprès de très jeunes enfants souffrant de graves carences affectives. Actuellement en congé parental, je me pose sérieusement la question de devenir famille d'accueil pour être concrètement utile aux enfants et avoir un vrai rôle de tuteur de résilience etc...en même temps beaucoup de questions se posent, vis à vis de mes enfants, mon mari etc...j'ai bien conscience que cela implique un engagement familial etc.. bref j'imerai vraiment échanger avec des personnes qui ont fait ce choix ou qui s'interrogent comme moi....merci Louise

    louhyl mercredi 27 septembre 2017 15:40
  • ... j'ai travaillé pour ma part 3 années dans le secteur de l'enseignement spécialisé, où j'ai suivi bon nombres d'enfants de 5 à 12 ans du T3. Nous étions debut des années 90. Une vingtaine d'années plus tard il m'arrive de chercher a savoir ce qu'ils sont devenus... parfois avec un peu de bonheur et de chance, je les retrouve avec un emploi, une famille et quelques photos de vacances réussies et d'enfants vraisemblablement aimés. Bref, offrez-leur un accompagnement de qualité, il en restera toujours un plus pour eux.

    Psycho scolaire jeudi 28 septembre 2017 11:40
  • bonjour,
    je suis moi-même intervenante sociale dans un service d'accueil familial pour enfants et adultes handicapés. Il est clair que la pénurie de familles d'accueil n'est pas un sujet nouveau. si vous êtes intéressés par cette démarche et ce défi au long cours, vous pouvez prendre contact avec la fédération des services de placement familiaux ou le réseau AFEA.

    VL - Assistante sociale jeudi 28 septembre 2017 14:12
  • Bonjour,
    Pour ma part, je me suis lancée dans l'aventure de l'accueil il y a 6 ans et je ne le regrette pas, au contraire...
    Il ne faut pas hésiter à se renseigner auprès de services de placement. C'est une réflexion et un parcours qui se fait en douceur et qui apporte beaucoup de bonheur. Il n'y a pas que des embûches et c'est offrir une chance merveilleuse à un enfant. Pour info, je suis psychologue, mais je ne me sens pas le thérapeute de mon enfant, je suis juste sa maman d'accueil...

    Catmeu lundi 4 décembre 2017 20:36

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus