La psychothérapie mise de coté ?

La psychothérapie mise de coté ?

Le mercredi 14 juin a été publiée la liste des membres du conseil fédéral des professions de soins de santé. Les psychothérapeutes notent l’absence de représentation de leur profession.

Depuis la loi relative à l’exercice de la psychothérapie et la décision de Maggie de Block de ne plus considérer la psychothérapie comme une profession à part entière, les professionnels mènent un combat via différentes actions en justice. L’annonce du conseil fédéral des professions de soins de santé sans représentants pour la psychothérapie assène un nouveau coup aux professionnels. Pourtant, ils ne baissent pas les bras . L’ASBL Alter-Psy le rappelle dans son communiqué : la constitution de ce Conseil fédéral fait partie de la législation contre laquelle plusieurs recours ont été déposés auprès de la Cour Constitutionnelle et auprès du Conseil d’Etat. Le combat des psychothérapeutes est donc bien loin d’être terminé.

Comme prévu et sans attendre l’issue des recours juridiques introduits contre la loi concernant la psychothérapie, la liste des membres du Conseil fédéral des professions de soins de santé mentale a été publiée au Moniteur ce 14 juin. Ce Conseil fédéral a pour mission de définir les conditions d’exercice des professions de santé mentale et de ses modalités de formation. Ses prérogatives sont aussi de déterminer quels sont les professionnels qui peuvent exercer la psychothérapie. Il y a donc de fortes chances pour que ce même Conseil soit interpellé par la Ministre de la Santé (ou son successeur) pour remettre un avis sur les mesures transitoires, au cas où les dispositions attaquées par Alter-Psy et dont l’annulation est pendante à la Cour constitutionnelle, étaient maintenues. La plupart des membres choisis par la ministre (voir fichier en bas de page) sont issus d’associations qui promeuvent sa vision en matière de santé mentale. Nulle trace dès lors de représentants d’écoles et d’organisations professionnelles de psychothérapeutes.

Le nouveau Conseil est donc composé de représentants des facultés qui organisent des formations en psychologie clinique et en médecine et des représentants d’organisations professionnelles de psychologues cliniciens et d’orthopédagogues cliniciens. L’absence de représentant des psychothérapeutes confirme la ligne de la Ministre : la psychothérapie est dorénavant un acte réservé exclusivement aux médecins, psychologues cliniciens ou orthopédagogues cliniciens et non plus un métier. Il s’agit d’un pas supplémentaire dans la règlementation des professions de santé mentale et plus particulièrement de la psychologie clinique comme voulue par la nouvelle loi.

Cela dit, la constitution de ce Conseil fédéral fait partie intégrante de la loi contre laquelle plusieurs recours ont été déposés auprès de la Cour Constitutionnelle et auprès du Conseil d’Etat. Les recours à la Cour Constitutionnelle concernent la définition et l’accès à la pratique de la psychothérapie et les recours devant le Conseil d’Etat concernent spécifiquement la composition et les missions du Conseil fédéral. En conséquences, si les actions juridiques aboutissent à l’annulation totale ou partielle de la loi il pourrait en être de même pour la composition de ce Conseil. C’est pourquoi il nous parait important de poursuivre notre combat visant à protéger le champ de la psychothérapie telle que nous l’entendons. Un champ distinct de celui défini par la ministre et par ceux qui considèrent que la psychothérapie leur appartient exclusivement.

Le CA du Collectif Alter-Psy

Document concernant les membres du Conseil fédéral des soins de santé.

[À lire]

- Le texte du projet de loi sur la psychothérapie a été déposé
- Alter-Psy, contre la loi sur la psychothérapie
- Des mesures transitoires pour le travail de tous les psychothérapeutes
- Le Groupe de concertation sur la psychothérapie affirme son soutien à Maggie De Block
- Manque de concertation sur la loi relative à la psychothérapie
- "Comment déboucher les oreilles de Mme De Block ?"
- La Loi De Block est un retour en arrière pour les patients
- Recours contre la loi De Block relative au statut de la psychothérapie
- Qui, à l’heure actuelle peut pratiquer la psychothérapie ?
- L’Evidence-based medicine est le fer de lance de la politique de De Block en santé mentale
- Le Copel-Cobes, un collectif contre une tentative d’assassinat
- Psychothérapeutes : quid des formations ?
- Le désamour de Maggie
- Psychothérapie : première victoire !
- Les psychothérapeutes se tirent (une fois de plus) une balle dans le pied
- Psychothérapie : "La communication de la FBP est mensongère"
- L’UPPsy veut regrouper les psychologues mécontents
- Création de l’APPELpsy
- Psychothérapie : 4 nouveaux recours vont être introduits
- Psychothérapie : Alter-Psy se constitue en ASBL
- Psychothérapie : l’UPPCF plus nuancée sur la loi De Block
- L’AMoPSY, nouvelle association opposée à la loi sur la psychothérapie



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.