Bruxelles se tourne vers ses aînés

Bruxelles se tourne vers ses aînés

Si la Wallonie est déjà concernée par le vieillissement de sa population et en connait les enjeux et les défis, la Région bruxelloise commence peu à peu à prendre possession de la question et à ses conséquences pour la capitale. Il est indéniable que, d’ici 2020, les seniors occuperont une place importante, qui ira croissant.

Merci les nouvelles technologies et les soins de santé qui permettent à la population de vivre de plus en plus longtemps. Cependant, cette inversion de la pyramide des âges engendre de nouveau défis : comment bien prendre en charge les seniors, afin de leur offrir une vieillesse digne ? C’est la question que s’approprie de plus en plus la Région de Bruxelles-Capitale, par le biais de sa ministre en charge, Céline Frémault. Cette dernière a décidé d’augmenter le nombre de contrôles dans les maisons de retraite, dès réception d’une plainte. La ministre souhaite également que les animaux de compagnie puissent rendre visite aux pensionnaires.

Plus de contrôles

Le secteur des maisons de repos concerne une part grandissante de la population. A l’heure actuelle, 156.000 personnes de plus de 65 ans dans la capitale résident en Région bruxelloise. 7,7% vivent en maison de repos privée ou publique, soit environ 11.000 seniors. La Cocom, comme la Wallonie, a décidé d’augmenter les contrôles dans les structures. Déjà mis en place, suite à une plainte ou sur initiative de la Cocom dans le cas d’un renouvellement d’agrément par exemple, ces contrôles auront pour but de mieux rendre compte de l’environnement dans lequel vivent les seniors, que ce soit par rapport à l’hygiène, la sécurité. Pour ce faire, 5 équivalents temps plein ont été engagés.

Une hausse des subsides

La ministre a également prévu d’attribuer plus de subsides au Sepam, le service d’écoute des personnes âgées maltraitées. La ligne sera dès lors accessible 3 demi-journées par semaine. D’après les statistiques, 20 à 30% des personnes âgées ont connu, connaissent ou connaitront des cas de maltraitance au cours de leur vie.

Et les personnes handicapées ?

Si plusieurs progrès ont été faits pour les seniors, un secteur cruellement en manque d’initiatives transversales est celui des personnes âgées handicapées. La Cocof a décidé d’augmenter les aides individuelles dont elles peuvent bénéficier à hauteur de 2,5 millions d’euros. Mais c’est au niveau transversal que le concret manque. Une plateforme ‘vieillissement’ a été mise en place, qui réunit tous les 2 mois l’administration et le terrain. Si aucune conclusion n’a encore été retirée de ces réunions pour l’instant, la ministre annonce qu’en 2018 se tiendra un colloque qui présentera les résultats des différents conseils, ainsi que les solutions qu’ils proposent pour accompagner au mieux ces personnes.

Lutter contre la déprime

Vivre dans une maison de repos n’est pas chose aisée et plusieurs cas de ‘déprime’ touchent les pensionnaires. Pour aider à contrer ce problème, Céline Frémault souhaite que les animaux de compagnie aient plus de place dans la vie quotidienne des personnes âgées. « Certaines personnes, quand elles entrent en home, doivent se séparer de leur animal de compagnie, ce qui est traumatisant », explique la ministre à La Capitale. Pour égayer le quotidien des pensionnaires, la ministre souhaite que les visites d’animaux de compagnie prennent plus d’ampleur. C’est une expérience qui a déjà porté ses fruits. L’ASBL Activ’Dog reçoit en sens, des subsides depuis un an.

La rédaction



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.