Rien n’a changé depuis un an à la DG Personnes Handicapées

Rien n'a changé depuis un an à la DG Personnes Handicapées

La situation de la DG Personnes handicapées n’a connu aucun changement depuis bientôt un an. En février dernier, le passage à un nouveau logiciel de gestion des allocations savait créé un souci technique pour plusieurs milliers de personnes.

La situation à la DG Personnes handicapées n’a pratiquement pas évolué depuis près d’un an. Au début de l’année dernière, le personnel avait dû changer d’outil informatique pour gérer les demandes, engendrant un ralentissement conséquent pour les personnes concernées. A l’époque, le personnel s’était mis en grève, exigeant d’avoir un outil de travail correct pour traiter les demandes. Après plusieurs avis négatifs de la part des mutuelles et du Conseil National des Personnes handicapées (CNPH), la secrétaire d’état Zuhal Demir, en charge, avait répliqué. Il semblerait cependant que la situation reste toujours chaotique.

Des travailleurs en plus

Suite aux différentes réactions négatives face à la situation de la DG Personnes handicapées début 2017, la secrétaire d’état en charge, Zuhal Demir, avait réussi à obtenir un financement de 3 millions d’euros, ainsi qu’un renfort de 38 travailleurs. De plus, elle avait sommé la compagnie responsable de l’édition du logiciel, Capgemini Belgium, de régler le problème au plus vite. En attendant, le personnel continuerait avec l’ancien logiciel. Il semble cependant que les problèmes ne soient toujours pas réglés et que plusieurs milliers de personnes attendent de voir traiter leur demande d’allocation.

Quid du nouveau logiciel ?

Pour Monsieur Coeurnelle, fonctionnaire du SPF Sécurité sociale, « la situation est dramatique et insoutenable tant pour les personnes handicapées que pour le personnel ». Seule une partie du logiciel est utilisé, ce qui ralentit demeure le manque d’organisation. Alors que les dossiers sont traités dans les 3-4 mois, fin septembre, plus de 26.500 dossiers étaient en attente depuis plus de 11 mois. Les demandes concernent principalement des cartes de stationnement, des réductions pour les transports en commun, des allocations de revenus, d’intégration au d’aide aux personnes âgées.

Le centre téléphonique saturé

Evidemment, le centre de contact du SPF Sécurité sociale est saturé de demandes. Comme le révèle nos confrères de Bx1, une personne qui contacterait le centre a 96% de chance de ne pas voir sa demande aboutie ou sa question prise en charge. Sur plus de 200.000 appels téléphoniques par mois, un petit 10.000 obtiennent une réponse. Le service des plaintes est lui, dans une situation plus catastrophique encore, avec seulement 4 réponses pour 400 plaintes en 1 an.

La rédaction

[À lire]

- Retour à l’ancien logiciel à la DG Personnes handicapées
- La situation est toujours tendue à la DG Personnes Handicapées
- "My Handicap" : le SPF Sécurité sociale fait son mea culpa
- La DG Personnes handicapées lance un préavis de grève



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.