Bruxelles : pas plus de crèches fermées en 2020

Bruxelles : pas plus de crèches fermées en 2020

L’ONE ne constate pas de hausse significative des fermetures de crèches à Bruxelles en 2020 selon le ministre-président Rudi Vervoort (PS).

Rudi Vervoort, chargé de la politique des crèches pour la Commission Communautaire française, a fait un état des lieux des milieux d’accueil en réponse à une question écrite du député David Weytsman. Selon les données de l’ONE (l’Office de la Naissance et de l’Enfance), les fermetures des crèches ne se sont pas multipliées l’année passée en région bruxelloise.

- [A lire] : Petite enfance et accueil Temps libre : des soutiens supplémentaires

41 nouvelles places

Rudi Vervoort a déclaré dans l’Avenir que depuis mars 2020, 6 milieux d’accueil non subventionnés et 2 accueillantes ont cessé leur activité correspondant à une perte de 104 places. Cependant, 2 milieux d’accueil subventionnés, 2 non subventionnés et 2 accueillantes indépendantes ont également ouvert, ce qui représente un gain de 148 places. Au total, les crèches bruxelloises comptent 41 nouvelles places en 2020.

Sur les 8 milieux d’accueil, 2 d’entre eux ont fermé pour des raisons autres que le Covid-19 d’après le ministre-président.

Pas de chiffres sur les besoins réels des parents

Début 2019, Bruxelles-Capitale a recensé 20.194 places en milieu d’accueil pour 50.967 enfants de moins de 3 ans, soit un taux de couverture globale de 39,6%, a indiqué Rudi Vervoort dans l’Avenir. Il est toutefois difficile d’analyser le manque de places réel dans les crèches car les motivations des parents à y envoyer leurs enfants sont diverses (ex. : emploi du temps surchargé, problèmes de santé...) De même, pour différentes raisons, les parents ne formulent pas toujours des demandes d’accueil malgré leurs besoins.

C’est pourquoi il est compliqué d’obtenir des chiffres objectifs sur le manque de places mais il existe un état des demandes énoncées par les familles. Les demandes non rencontrées pourront être objectivées dans le cadre de la réforme de l’ONE en cours.

- [A lire] : Petite enfance : tenir compte des émotions des professionnels



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus