Handicap : le personnel réclame une réduction collective de temps de travail

29/03/22
Handicap : le personnel réclame une réduction collective de temps de travail

Ce jeudi 24 mars, les organisations syndicales CGSLB, SETCA et CNE ont manifesté devant les bureaux du SPF Emploi, à Bruxelles, en faveur des travailleurs venant en aide aux personnes handicapées. L’intention est de permettre au personnel de bénéficier d’une réduction collective de temps de travail (RCTT).

Un budget colossal de 260 millions a été débloqué en Wallonie, suite à l’accord non-marchand. Au menu, notamment des mesures visant un aménagement de fin de carrière plus abordable. “Alors que dans les autres secteurs, les réductions collectives de temps de travail pour le personnel en fin de carrière sont signées ou presque, au sein de la commission paritaire 319.02, ça bloque”, dénoncent les syndicats.

 Lire aussi : Non-marchand wallon : 260 millions € pour engager du personnel et augmenter les salaires

L’action de cette sensibilisation

Face à cette situation, la CGSLB, le SETCA et la CNE sont passés à l’action ce jeudi 24 mars. “Dépassons les malentendus, et organisons le progrès social dans le secteur !”, était leur message central. Lors de cette manifestation qui s’est tenue devant le SPF Emploi, ils étaient 100… 100 personnes issues du secteur de l’aide aux personnes handicapées à vouloir faire entendre leur revendication : bénéficier enfin d’une réduction du temps de travail (RCTT) à partir de l’âge de 55 ans.

Ils demandent, en effet, de revoir le temps de travail temps plein à un nombre d’heures maximal de 32/h par semaine. Cette démarche a pour objectif de rendre le travail tenable et qualitatif tout au long de la carrière, en revalorisant les salaires et en donnant des aménagements de fin de carrière plus “confortables” aux travailleurs proche de la pension. “Ce qui aura comme bénéfice de créer des embauches compensatoires, à destination des plus jeunes, ainsi que la possibilité d’augmenter des contrats à temps partiel déjà existants”, assure Eric Dubois, Responsable Sectoriel National de la CGSLB.

Et maintenant ?

Il faudra attendre la fin du mois d’avril, date à laquelle, la décision de l’introduction de la RCTT dans la sous-commission paritaire 319.02, pourra être réalisable ou non. Le cas échéant, bon nombre des travailleurs-euses du secteur de l’aide aux personnes handicapées, pourraient mal percevoir un refus. Pour eux, il est urgent que le gouvernement wallon tienne compte de la charge physique et de l’impact psychologique de leur travail.

 Lire aussi  : ASBL Le Bataclan : un combat pour l’autonomie des personnes handicapées



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus