L'ASBL Brake Out récompensée par le Prix Reine Mathilde : encourager l'autonomie des jeunes porteurs d'un handicap mental

18/05/22
L'ASBL Brake Out récompensée par le Prix Reine Mathilde : encourager l'autonomie des jeunes porteurs d'un handicap mental

Le projet inclusif de l’ASBL Brake Out a été récompensé le jeudi 12 mai par le prix Reine Mathilde. Il s’est démarqué parmi les 20 autres projets et permet à des étudiants du programme Erasmus d’aider les jeunes porteurs d’un handicap mental à concrétiser leurs envies professionnelles.

Les jeunes débordent d’idées pour améliorer le monde et prendre leur avenir en main. Mais ils ne disposent pas toujours de la méthode, des outils ou du soutien nécessaires pour transformer leurs bonnes idées en actions concrètes et durables. C’est précisément pour offrir à des jeunes issus d’horizons divers l’accompagnement requis pour entreprendre, s’engager ensemble et apporter une solution à un problème sociétal qui existe dans leur environnement proche, que le Fonds Reine Mathilde, géré par la Fondation Roi Baudouin, a lancé l’appel à projets ‘I SEE IDEA I DO’.

Une palette de projets pour soutenir l’autonomie des jeunes

Au total, 20 projets d’organisations qui travaillent avec des jeunes ont été sélectionnés par un jury d’experts. D’une grande diversité, les projets visent par exemple à encourager les jeunes à faire entendre leur voix auprès des pouvoirs locaux ; à les impliquer dans des actions qui visent à lutter contre l’exclusion sociale ; ou à mettre sur pied une maison de jeunes avec des projets solidaires.
Chaque projet reçoit un soutien financier compris entre 3.000 et 7.000 euros, pour un total de 120.000 euros. Nouveauté, cette année : les projets bénéficient en plus d’un accompagnement professionnel pour transformer l’idée en solution concrète. Au travers d’ateliers collectifs et de coaching individuel, les jeunes apprennent à devenir acteurs de leurs projets en développant des compétences entrepreneuriales qu’ils pourront utiliser toute leur vie (ex. : esprit d’équipe, persévérance, planification, communication, stratégie, évaluation, savoir rebondir en cas d’échec…).

En outre, un jury de jeunes, composé d’élèves de secondaire de l’Athénée Royal de Woluwe Saint-Lambert et du Sint Jozefscollege d’Alost ont eu la lourde tâche de sélectionner, parmi ces 20 projets, le lauréat du Prix Reine Mathilde, qui reçoit un soutien complémentaire de 10.000 euros. Leur choix s’est porté sur l’asbl Brake-Out.

 Lire aussi : ASBL Le Bataclan : un combat pour l’autonomie des personnes handicapées

Brake-Out : encourager l’entraide par et pour les jeunes

Active dans différentes régions de Flandre, Brake-Out agit en faveur de l’inclusion des jeunes avec un handicap mental. L’asbl accompagne des jeunes adultes (de 18 à 22 ans) dans l’acquisition de nouvelles expériences, la découverte de leurs talents et l’élaboration d’un projet d’avenir qui correspond à leurs rêves et envies.

À Anvers (Borgerhout), où elle est active depuis 2019, Brake-Out a développé un projet qui guide les jeunes dans la recherche d’un lieu de stage. Le projet inclut des jeunes étudiants étrangers qui participent au programme d’échanges Erasmus avec la Haute École Artesis Plantijn. Dans un premier temps, ces étudiants font la connaissance de jeunes qui participent au programme Brake-Out et apprennent à connaître leurs talents, besoins et intérêts. Ils partent ensuite explorer Borgerhout et recherchent des lieux de stage dans des entreprises et organisations des environs. Enfin, ils proposent à chaque jeune trois possibilités de stage, pour une durée de six mois, dans un lieu où il pourront faire la différence. Le projet marque également le début de la création d’un campus inclusif (Haute École Artesis Plantijn) et d’un réseau d’employeurs inclusifs de proximité, par la connexion entre les différents lieux de stage.

Valoriser les compétences de chaque jeune pour étendre ses possibilités d’avenir

Katrien De Baets, directrice de Brake-Out : "Nous constatons que les jeunes avec un handicap mental, malgré leurs nombreux atouts, ont du mal à un jouer un rôle significatif dans la société - pas même à Anvers. Ils ne sont pas visibles et sont peu impliqués dans les activités liées au travail, aux loisirs, à l’éducation et à la culture. Ils se sentent exclus des opportunités. D’où l’idée de rechercher des connexions."

"En donnant une place aux talents des jeunes avec un handicap mental, on leur permet de grandir et de développer leur confiance en eux. Ils pensent en termes de possibilités et plus de limites. Les jeunes étudiants Erasmus découvrent les possibilités de leurs pairs d’une manière différente et apprennent à connaître la ville en établissant des liens efficaces. Les entreprises et les organisations se montrent plus ouvertes et voient l’opportunité de travailler avec des groupes cibles a priori moins évidents. En les mettant en relation via Brake-Out et la Haute École Artesis Plantijn, nous les renforçons et leur donnons l’occasion d’apprendre les uns des autres."

 Lire aussi : Le nouveau Centre d’évaluation de l’autonomie et du handicap bruxellois accueille ses premiers patients

Le Fonds Reine Mathilde : récompenser l’esprit d’initiative

Géré par la Fondation Roi Baudouin, le Fonds Reine Mathilde soutient des initiatives exceptionnelles en Belgique qui renforcent des enfants et des jeunes socialement vulnérables – qu’ils aient un handicap, qu’ils viennent d’un milieu socio-économique fragilisé, qu’ils aient un parcours migratoire… Avec l’appel à projets ‘I SEE, IDEA, I DO, le Fonds Reine Mathilde démarre un nouveau cycle de trois ans visant à offrir un soutien et un accompagnement professionnel pour permettre à des jeunes d’entreprendre et de mettre en œuvre des solutions à des enjeux locaux, en jouant un rôle actif.

La Reine Mathilde : "L’esprit d’entreprendre est un vecteur d’épanouissement personnel et de citoyenneté active. En osant prendre des initiatives, en faisant des essais et des erreurs, vous développez votre résilience. Et c’est en s’écoutant et en dialoguant les uns avec les autres que se développe la compréhension mutuelle. Travailler ensemble et se renforcer mutuellement peut s’apprendre dès le plus jeune âge. Qui plus est, ce sont des compétences pour toute la vie."

Ann d’Alcantara, présidente du Comité de gestion du Fonds Reine Mathilde : "Pour les jeunes générations, participer pleinement et activement à la société reste un défi. Cette idée centrale est à la base du leitmotiv du Fonds Reine Mathilde : ‘Par les jeunes, pour les jeunes’, que nous exprimons concrètement dans les objectifs et dans le fonctionnement du Fonds."



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus