Les agents d’entretien des hôpitaux privés de prime d’encouragement !

29/04/21
Les agents d'entretien des hôpitaux privés de prime d'encouragement !

En première ligne face au virus, le personnel des hôpitaux bénéficie actuellement d’une prime d’encouragement de 985 euros brut. Malheureusement, une catégorie de travailleurs, pourtant essentielle n’a pas le droit à ce coup de pouce financier : le personnel d’entretien employé par une société externe. Face à l’absence de réaction des politiques, les syndicats, la CSC et la FGTB en tête, ont décidé de monter au créneau.

Une mesure discriminatoire injustifiée

Après la parole, place aux actes ! Des bannières ont été accrochées dans plusieurs établissements, toutes siglées du même message : “Sommes-nous invisibles ?” pour défendre les droits des agents d’entretien travaillant dans les hôpitaux. “Refuser cette prime à ces travailleurs revient à nier leur existence. C’est prétendre qu’ils sont invisibles et donc inutiles. Pourtant, ils sont essentiels. Sans nettoyeurs, qu’ils soient employés directement par l’hôpital ou par une entreprise externe, aucun hôpital ne pourrait fonctionner”, proteste Koenraad Maertens de la FGTB dans un communiqué de presse publié avec la CSC. “Il est inacceptable que les responsables politiques restent sourds aux revendications des nettoyeurs de la sous-traitance afin qu’ils bénéficient eux aussi de cette prime. Il s’agit d’une discrimination illégale et absolument injuste”, renchérit Gaétan Stas de la CSC.

- Lire aussi : Covid-19 : le personnel d’entretien "traité comme de la merde"

Des travailleurs aux premières loges

Comme le personnel soignant, les agents d’entretien et de nettoyage sont touchés par la crise sanitaire liée au Covid : ils font face à une complexification des tâches et une pression accrue car ils sont eux aussi en première ligne. Ils s’occupent de l’hygiène, sont chargés de la désinfection des chambres ; leur tâche est donc à ce titre aussi importante que celle des soignants et ils travaillent également d’arrache-pied.

De nouvelles actions sont déjà envisagées

Les syndicats prévoient une sensibilisation des patients comme du personnel soignant aux conditions de travail et à la situation critique dans laquelle se trouve le personnel d’entretien des hôpitaux. Le but est de faire reconnaître le travail de ces agents à sa juste valeur, au même titre que celui des soignants. Les deux syndicats ont annoncé que de nouvelles mesures seront prises si rien ne bouge d’ici-là. Ils précisent que leurs revendications sont strictement adressées au gouvernement et non sociétés de sous-traitance car ils trouvent inadmissible la justification de non-versement de la prime.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus