Ouverture d’une salle de consommation de drogue à moindre risque à Bruxelles

12/01/22
Ouverture d'une salle de consommation de drogue à moindre risque à Bruxelles

Une première à Bruxelles ! En mars prochain, une salle de consommation de drogue à moindre risque (SCMR) ouvrira ses portes dans le quartier Lemonnier. Deuxième dispositif de la sorte en Belgique, le premier se trouvant à Liège depuis 2018.

Le principe d’une salle de consommation de drogue à moindre risque (SCMR) est de proposer aux consommateur.rice.s des espaces de consommations sécurisés. En effet, la majorité de la population concernée fait preuve de précarité, synonyme d’absence de logement entraînant donc une consommation de produits dans l’espace public. La précarité est bien souvent à l’origine de la prise de produits stupéfiants. Les consommer permet de “décrocher” du quotidien et des situations difficiles. Cependant, le nouvel établissement ne se limite pas aux salles de prises mais donne également accès à des services de soins et la possibilité d’échanger avec les équipes accueillantes, le tout dans un environnement non jugeant et bienveillant.

L’asbl Transit et La MASS

L’association à l’origine de cette initiative est Transit, active depuis 1995 dans le secteur des assuétudes. Elle propose, entre autres, de l’hébergement de crise pour les usager.ère.s et l’accès à du matériel stérile.

Son directeur et futur gestionnaire de la SCMR précise lors de l’émission “Autrement” sur BX1, du 11 janvier 2022, la volonté de la ville de Bruxelles d’ouvrir un dispositif tel que la SCMR. Les différents services dont pourront jouir les usager.ère.s concernent un accueil spécialisé et pluridisciplinaire, des salles de repos, des entretiens psycho-sociaux ainsi que l’accès aux soins grâce à l’équipe de La MASS (Maison d’accueil socio-sanitaire de Bruxelles) au premier étage du bâtiment.

La MASS propose un lieu de soins sécurisant à destination des personnes qui ne s’accommodent plus aux structures de soins classiques. Elle accompagne également à travers une rééducation fonctionnelle dans l’objectif d’insertion dans un processus de réhabilitation et de remise en avant des ressources de la personne.

Le rôle de l’équipes de travailleur.se.s au sein de la SCMR est de créer du lien avec les usager.ère.s afin d’aborder les différentes problématiques liées aux assuétudes et ainsi instaurer une remise en question de la relation au produit.

Le plus ? Un lieu pivot

De nombreuses structures bruxelloises traitent des assuétudes mais ce nouveau lieu apporte des solutions concernant la prise de drogue dans un lieu sécurisé. Il peut également être considéré comme un espace “pivot” grâce à la prise en charge des consommateur.rice.s et une dynamique de réinsertion sociale.

Un projet mal vu par le voisinage

L’objet sociétal de ce type de lieu suscite de nombreuses inquiétudes de la part de la population locale. Inquiétudes prises en compte par des concertation avec les habitant.e.s du quartier Lemonnier afin d’écouter, rassurer et déconstruire les stéréotypes qui gravitent autour d’un tel projet. Toujours lors de l’émission Autrement, le directeur de La MASS , Nicolas Leonardy précisait que “ce genre de lieu ne facilite pas l’accès aux drogues mais l’encadre de manière bienveillante, sans jugement.”



Commentaires - 1 message
  • Super project Belle iniative pour ces personnes stigmatisés par la vie et une majorité de la society aujdhui. Bravo ???? ???? ????

    Ninette40 mercredi 12 janvier 2022 23:34

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus