Journée Mondiale de l'Habitat : de nouvelles portes s'ouvrent

Journée Mondiale de l'Habitat : de nouvelles portes s'ouvrent

L’objectif de la Journée Mondiale de l’Habitat est simple : élever la réflexion au droit fondamental de chacun à un logement adéquat et à l’état de nos villes.

Depuis 1958, la Journée Mondiale de l’Habitat a lieu chaque premier lundi d’octobre. Solidarités Nouvelles et le Rassemblement Wallon pour le Droit à l’Habitat posent à leur tour une pierre à l’édifice de la lutte de l’habitat pour tous.

Solidarités Nouvelles dans la rue

L’ASBL Solidarités Nouvelles a lancé ce matin une action "Polochons" à Charleroi. "Si j’ai un logement, pour moi, c’est un coin où dormir. Un coin de repos, un coin d’intimité. Je suis chez moi, c’est mon intimité, c’est mon droit, c’est mon besoin." : voici leur message, comme le rapporte le journal RTL. Les manifestants, vêtus de pyjamas et équipés de coussins, se sont rendus du passage de la bourse à la place Charles 2. Ils ont ainsi protesté contre le règlement mendicité, la fermeture de logements sociaux insalubres sans promesse de relogement et le manque de logements sociaux. Dormir dehors se révèle source d’angoisse pour les manifestants : il faut faire face aux voleurs, aux intempéries et aux maladies...

Le RWDH, un toit pour tous en Wallonie

En parallèle, la Journée Mondiale de l’Habitat voit naître le Rassemblement Wallon pour le Droit à l’Habitat (RWHD). Ce dernier a pour but de garantir un logement à toutes les personnes et familles en Wallonie : action qui prend tout son sens, suite à l’importante crise du logement actuelle. Le RWHD précise dans son communiqué de presse qu’il espère devenir également " un interlocuteur des pouvoirs publics sur les questions transversales majeures de l’habitat en Wallonie/de l’habiter en Wallonie." De nombreux défis économiques et politiques attendent la Wallonie : loger sa population reste un objectif majeur, facteur d’équilibre et de stabilité. Au sein des 20% de ménages wallons ayant les revenus les plus faibles, plus de 30% dépense presque la moitié de leur argent pour se loger.

Une inégalité face au logement

Les revenus n’augmentent pas aussi vite que les loyers et la discrimination au logement demeure un fait réel selon le RWHD. 28% des familles avouant avoir des difficultés pour se loger sont des familles monoparentales, 22% des couples avec deux enfants et 20% de couples avec un enfant. Comme le précise le RWHD dans son communiqué de presse, " l’accès à un logement, décent-payable-gérable-adapté pour/par l’occupant, est une condition de base de réduction des inégalités, gage d’un développement positif pour les personnes, pour la collectivité, pour la Wallonie."



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus