"L’hypnose, un outil merveilleux pour l’apaisement de la personne"

Hier encore, la médecine douce était décriée par le monde professionnel comme pour la société publique. Aujourd’hui elle atteint enfin sa reconnaissance en prouvant son efficacité. L’hypnothérapie fait partie de ces thérapies qui ont acquis au fur et à mesure des années une légitimité. D’ailleurs, de plus en plus de professionnels du secteur psycho-médico-social se forment à cette pratique. C’est notamment le cas de Chantal Dheur. Rencontre avec cette hypnothérapeute à Bruxelles.


- [A lire] : Le secteur hospitalier adopte l’hypnose médicale

L’hypnose en tant que médecine est née il y a plus d’un siècle et demi, Milton H.Erickson a lui révolutionné la pratique devenant ainsi le père de l’hypnothérapie moderne. L’hypnose est maintenant entrée dans plusieurs secteurs de la santé comme pour se faire traiter les dents, calmer une douleur chronique, mieux dormir ou comme accompagnement thérapeutique. En Belgique, cette thérapie est même entrée en salle de chirurgie. En effet, de plus en plus de travailleurs du secteur de la santé ou bien encore de la santé mentale ont adopté cette manière bien particulière de soigner les patients.

La pleine conscience pour soigner

L’hypnothérapie fonctionne selon le principe de relaxation guidée et celui de la concentration permettant d’atteindre un état de conscience modifié que l’on nomme l’inconscient. « Le psychiatre Milton H.Erickson a défini l’hypnose comme un état dans lequel on va naturellement tous les jours. Concrètement, il renvoie aux moments où on est dans la lune, dans un état de conscience modifiée. Son travail a été de trouver comment emmener les gens dans cet état. Grâce à ce dernier, les praticiens ont accès plus facilement aux ressources cachées des patients, ce qui permet d’obtenir des changements au niveau mental et physique. Il y a une connexion entre le niveau physique et psychique », explique Chantal Dheur. Le patient se retrouve tellement concentré de par cet état que tout ce qui se passe autour de lui est temporairement ignoré et peut donc focaliser son attention avec l’aide du thérapeute sur des tâches spécifiques.

- [A lire] : L’hypnose à toutes les sauces

L’hypnose peut être utilisée de deux façons. Tout d’abord, sous forme de suggestions thérapeutiques qui rend la personne plus apte à répondre aux instructions. Elle peut donc aider à modifier certains comportements. Ensuite, cette discipline permet d’approfondir un travail d’analyse, pour explorer des pensées douloureuses, des sentiments et des souvenirs occultés. « Cela fait plus de 20 ans que l’hôpital de Liège utilise l’hypnose pour pallier l’anesthésie mais également l’hôpital Saint Luc de Bruxelles. Cela montre la portée que peut avoir l’hypnose dans la médecine », poursuit Chantal Dheur.

L’état hypnotique permet aux patients d’être plus ouverts sur ses sentiments et à la discussion. Cette thérapie permet alors de soigner et comprendre des troubles, tels que la phobie, les peurs, l’anxiété mais aussi le burn-out ou servir d’accompagnement pour les personnes atteintes d’un cancer. Elle conclut : « L’hypnose est un outil merveilleux pour l’apaisement de la personne qui peut être beaucoup plus durable que certaines autres thérapies. »

- [A lire] : L’hypnose thérapeutique : un outil sérieux ?

B.T.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus