La DG Personnes Handicapées toujours en difficulté

La DG Personnes Handicapées toujours en difficulté

Depuis 2 ans, la situation de la Direction Générale des Personnes Handicapées (DGPH) ne s’arrange pas. Après le changement de logiciel qui a occasionné une dégradation du service, les délais de traitement des dossiers sont toujours trop longs.

En 2016, la DG Personnes Handicapées a changé de système informatique. Ce changement a occasionné des troubles organisationnels importants qui ont fait l’objet d’une grève de la part du personnel. En attendant une réelle amélioration, ce sont les usagers, déjà fragilisés par leur situation, qui en font les frais.

Plus de temps pour moins de dossiers

Si la réactivation de la ligne de la DGPH a permis une amélioration des réponses par téléphone, les délais de traitement de dossiers sont toujours trop longs. "Le délai légal pour traiter un dossier est de l’ordre de 6 mois", explique la présidente du Conseil Supérieur National des Personnes Handicapés (CSNPH) à la RTBF, "Ces délais sont plus ou moins respectés en Flandre avec un maximum de 9 mois, par contre à Bruxelles et en Wallonie on est parfois largement au delà de ces délais !".

Alors que le temps de traitement s’est allongé, le nombre de dossiers a diminué. La présidente du CSNPH déclare à la RTBF "on est passé de 439 [dossiers NDLR] en 2009 à 345 en 2016 soit 30% de moins en 7 ans ! Et on ne parle pas de 2017 qui va sans doute encore faire plonger les chiffres..."

Un problème de gestion

La mise en place du nouveau logiciel de traitement des dossiers a occasionné une impossibilité pour le personnel de prendre en charge les demandes des usagers. Le Conseil Supérieur National des Personnes Handicapées a rendu 9 avis négatifs au gouvernement fédéral, proposant notamment des alternatives. Suite au coup de gueule de la secrétaire d’Etat en charge Zuhal Demir, la DGPH est retournée à l’utilisation de son ancien logiciel et seule une partie du nouveau est utilisée.

Les plus fragiles touchés

Dans cette situation, ce sont les plus fragiles qui sont le plus touchés. En effet, les bénéficiaires handicapés de la DGPH mettent des mois à recevoir des réponses pour des demandes comme la reconnaissance d’un handicap, le versement d’une allocation ou l’obtention d’une carte de stationnement. Face à cela, leur seul recours reste la plainte au médiateur fédéral.

[A Lire]

- Changement à l’accueil des assistants sociaux de la DG Personnes Handicapées
- La situation est toujours tendue à la DG Personnes Handicapées
- "My Handicap" : le SPF Sécurité Sociale fait son mea culpa



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus