Le personnel des hôpitaux fait face à la canicule

Le personnel des hôpitaux fait face à la canicule

L’alerte rouge aux fortes chaleurs vient d’être décrétée en Belgique. Petit récapitulatif des mesures prises en cas de canicule par le secteur de la santé.

Dans les prochains jours et cela jusqu’au moins la fin de la semaine, la Belgique va être plongée dans un climat aride. Les autorités ont donc déclenché le plus haut niveau jamais atteint pour l’alerte canicule. Pour cet effet, des mesures exceptionnelles sont mises en place notamment dans le secteur de la santé. Les hautes températures prévues ont pour conséquence la mise en place de mesures, notamment pour le public sensible comme les personnes âgées, les nouveaux nés. « Il faut savoir qu’en vieillissant, on perd la sensation de soif », indique Anne-Sophie Lacroix, infirmière en chef du CHR de la Citadelle, au micro de RTL.

- [A lire]  : Forte chaleur : les réflexes à adopter avec les enfants et les aînés

Prévenir la chaleur pour les patients à risques

Concrètement, les gestes que doivent appliquer les travailleurs de la santé se divisent en trois axes. Le premier, surveiller la bonne hydratation des patients, et notamment ne pas hésiter à prévenir la soif des personnes âgées. Le personnel soignant est invité à adopter une posture encore plus vigilante avec le public à risque. "Nous devons vraiment faire attention aux personnes qui ne pensent pas à s’hydrater ou qui ne sont pas capables de le faire : les personnes âgées, les personnes démentes, les personnes handicapées, mais aussi les patients en soins intensifs ou ceux qui ont des problèmes cardiaques. Ils métabolisent moins bien l’eau, nous devons donc prendre garde à les hydrater sans créer une surcharge hydrique potentiellement dangereuse", rappelle Manfredi Ventura, directeur médical du GHDC, au micro de la RTBF.

Le deuxième point consiste à refroidir les pièces qui, bien souvent, ne sont pas climatisées. En effet, à part les unités d’opération et les soins intensifs, rares sont les services jouissant d’une climatisation. "Nous faisons le tour des chambres pour fermer les tentures quand le soleil donne", explique Mathilde Gigot, infirmière. "Nous demandons également aux familles qui en possèdent d’apporter un ventilateur, dans la mesure du possible", précise au micro de la RTBF une infirmière. De plus, rafraîchir les patients avec des gants humides et des brumisateurs sont également préconisés.

Enfin, le troisième axe concerne les travailleurs eux-mêmes. Des fontaines d’eau ont été installées dans les locaux réservés au personnel soignant. De plus les infirmières ont la possibilité d’avancer d’une heure leur horaire pour éviter ainsi d’effectuer les toilettes durant les périodes les plus chaudes. Selon les services et les postes, la tenue peut être adaptée à la situation.

Toutes ces mesures, pour réduire au maximum l’impact de la chaleur se trouvent néanmoins entachées par le manque de personnel. En effet les différentes pratiques pour faire face à la canicule demande nécessairement plus de temps aux infirmières. Un temps qu’elles n’ont pas, faute de moyen et de personnel.

B.T.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus