Forte chaleur : les réflexes à adopter avec les enfants et les aînés

Forte chaleur: les réflexes à adopter avec les enfants et les aînés

La Belgique traverse un épisode de forte chaleur. Vendredi 21 juin, la phase d’avertissement du plan Forte chaleur et pics d’ozone a été activée. L’AVIQ rappelle les bons réflexes pour éviter les troubles dus à la chaleur et insiste sur la vigilance à l’égard des plus fragiles. Une mine d’informations pour les maisons de repos, les accueillantes d’enfants ou encore le personnel soignant !


- [A lire]  : 1.130 nouvelles places supplémentaires en maisons de repos dès 2019

Les risques et les bons gestes pour les bébés et les enfants

Les enfants en bas âge courent un risque très important, parce que leurs réserves de liquide sont insuffisantes. L’exposition au soleil ou le séjour (même bref) dans un espace confiné et trop chaud (voiture, chambre sans aération…) peuvent aboutir rapidement à une déshydratation et à un coup de chaleur. Les enfants souffrant de troubles tels que de la diarrhée (qui peut à elle seule provoquer rapidement une déshydratation) ou de la fièvre courent un plus grand risque.

Les bébés et les enfants en bas âge, tout comme les jeunes qui fournissent des efforts, doivent donc, en plus de leur alimentation habituelle, être hydratés en suffisance durant ces périodes. Donnez régulièrement et abondamment à boire aux enfants, si possible de l’eau (évitez les boissons sucrées). Habillez-les légèrement (vêtements en coton, clairs), faites-leur porter un chapeau et des lunettes de soleil, interdisez-leur de jouer trop longtemps au soleil (évitez le soleil de midi et du début d’après-midi : risque de brûlure de la peau au moins de 11h à 15h) et appliquez-leur toujours une crème solaire haute protection lorsqu’ils vont au soleil.

Etant donné que les vagues de chaleur sont souvent accompagnées de pic d’ozone, veiller à éviter les activités physiques d’intensité soutenue et de longue durée en plein air (à l’extérieur) entre 11h et 20h. En cas de pic d’ozone accompagnant une vague de chaleur, veiller à garder les nourrissons et les jeunes enfants (0 à 6 ans) à l’intérieur et au frais (à l’intérieur des bâtiments l’air contient 50 % en moins d’ozone que dans l’air extérieur). Déplacer les activités physiques vers des jours plus froids ou vers des périodes plus fraîches de la journée (préférer les heures fraîches avant 11h et après 20h qui sont également les heures où les concentrations d’ozone sont moins importantes).

- [A lire]  : Elections : plus de moyens pour l’aide à domicile !

Les risques et les gestes réflexes pour les aînés

Les périodes de canicule sont éprouvantes pour chacun mais les personnes âgées et dépendantes ainsi que les malades chroniques sont les plus menacés. Bien souvent les personnes âgées et dépendantes ne sont pas en mesure de se protéger de la chaleur ou n’en ressentent pas la nécessité. Au-delà d’une thermorégulation et d’une sudation moins efficaces, le danger vient d’une moindre perception de la sensation de soif. La canicule de l’été 2003 a clairement montré que la chaleur peut représenter un risque mortel pour les personnes âgées. Le personnel des services d’aide à domicile, le personnel soignant ainsi que les maisons de repos doivent en être conscients afin de pouvoir s’organiser et prendre à temps les mesures qui s’imposent.

Le personnel d’aide à domicile et le personnel soignant doivent s’assurer qu’il est possible d’occulter, au domicile de la personne âgée, les fenêtres. Il est aussi conseillé de vérifier qu’il existe une pièce restant fraîche (entre 22 et 27°C) dans laquelle la personne pourra séjourner pendant les heures chaudes de la journée. Autre bon réflexe : s’assurer de la coordination des aides, du nombre de visites à domicile prévues, et de l’adéquation ou non aux besoins de la personne. Si la présence d’un tiers n’est pas assurée et si la personne le souhaite, la signaler au service social communal et assurer une prise de nouvelles au minimum par téléphone. Finalement, vérifiez les coordonnées des personnes référentes, aussi bien familiales que professionnelles (médecin traitant, infirmières, aide familiale…) et indiquez-les sur un document de référence près du téléphone.

De leur côté, les maisons de repos doivent également adopter une série de gestes. Les directions doivent s’assurer qu’il existe une grande pièce climatisée ou restant fraîche pouvant accueillir les résidents pendant les heures chaudes de la journée. Il est aussi important de s’assurer du mode de fonctionnement (entrées et sorties) laissant pénétrer le moins de chaleur dans le bâtiment. Autre conseil : identifier, avec le personnel soignant, les personnes âgées les plus fragiles et déterminer le personnel, dûment formé, qui s’en occupera et en sera responsable. Pour ce faire, il faut garantir une prise en charge suffisante en période de vacances (remplaçants prévus et formés).

- [A lire]  : Accueillantes d’enfants salariées : des postes supplémentaires !

Quels signes d’alerte ?

Globalement, il est demandé aux professionnels en charge d’enfants ou de personnes âgées de rechercher systématiquement des signes pouvant faire penser à un épuisement dû à la chaleur ou au début d’un coup de chaleur. Les voici :

- Modification du comportement habituel.
- Grande faiblesse, grande fatigue.
- Difficulté inhabituelle à se déplacer.
- Étourdissements, vertiges, trouble de la conscience voire convulsion.
- Nausées, vomissements, diarrhée.
- Crampes musculaires.
- Température corporelle élevée, pouls rapide.
- Soif et maux de tête, bouche sèche.

Que faire si vous constatez ces signes chez un enfant ou un senior ?
- Alerter le médecin.
- Si possible, prendre rapidement la température corporelle.
- Rafraîchir le plus vite possible : coucher la personne et l’envelopper d’un drap humide et si possible, lui donner une douche fraîche sans l’essuyer.
- Installer un ventilateur (enveloppements frais, transfert dans une pièce climatisée, aspersion d’eau fraîche).
- Faire le plus possible de ventilation.
- Donner de l’eau fraîche si la personne est consciente et lucide .
- Ne pas donner d’aspirine ni de paracétamol.

Le Guide Social est également sur Facebook et Twitter. Pour être tenu au courant en temps réel des dernières offres d’emploi et actualités du secteur, c’est simple, il vous suffit de cliquer sur "J’aime" et sur « Suivre » !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus