Plusieurs associations et avocats plaident contre l'enfermement d'enfants

Plusieurs associations et avocats plaident contre l'enfermement d'enfants

Mercredi dernier, une quinzaine d’associations néerlandophones et francophones soutenues par Avocats.be, ont déposé une requête visant la suspension et l’annulation de l’Arrêté Royal qui autorise la détention d’enfants pour des raisons migratoires.

Depuis quelques mois, l’enfermement des familles et enfants en séjour irrégulier dans les centres de détention fait débat en Belgique. Certains hommes politiques et plusieurs associations se sont exprimés contre cette pratique. Sans succès. Au contraire, le 14 août dernier un Arrêté Royal a ré-autorisé l’enfermement de familles et de leurs enfants en séjour irrégulier. Par conséquence, 15 associations de défense des droits fondamentaux, des réfugiés, de protection de l’enfance, etc., soutenues par l’ordre des avocats francophones et germanophones ont introduit un recours devant le Conseil d’Etat. Dans un communiqué commun, ils déclarent que la Belgique a renoué avec une pratique intolérable. Selon eux, la situation est insupportable et il faut y mettre fin le plus vite possible.

- [A lire] : De meilleures prises en charge des MENA

On n’enferme pas un enfant. Point.

Quinze associations et Avocats.be devant le Conseil d’Etat pour dénoncer l’enfermement des familles avec enfants

Ce mercredi 22 août 2018, quinze associations, francophones et néerlandophones, appuyées par l’Ordre des barreaux francophones et germanophone (Avocats.be), introduisent un recours devant le Conseil d’Etat pour demander la suspension et l’annulation de l’arrêté royal qui règle les conditions d’enfermement des familles en séjour irrégulier, arrêté adopté il y a exactement un mois et entré en vigueur le 11 août dernier.

Revenant dix ans en arrière, et faisant fi des condamnations de la Cour européenne des droits de l’Homme et des critiques d’organes internationaux de surveillance des droits fondamentaux, la Belgique renouait ainsi avec une pratique intolérable : enfermer des enfants pour des raisons administratives.

Le 14 août dernier, la première famille était enfermée dans les unités de détention pour les familles, situées dans l’enceinte du centre fermé 127bis. Sur base de cet arrêté royal, quatre enfants en bas âge étaient placés derrière des barreaux.

Pour les parents et leurs enfants, tout enfermement est traumatisant et violent.

- [A lire] : Une journée pour sensibiliser à la cause des réfugiés

Juridiquement, l’enfermement des enfants est contraire au principe de l’intérêt supérieur de l’enfant inscrit dans la Constitution belge et dans la Convention internationale des droits de l’enfant. L’enfermement des familles porte atteinte au droit à la vie familiale et à la liberté d’aller et venir. Politiquement et humainement, un gouvernement prêt à enfermer des enfants pour des raisons administratives nous emmène dans une voie de dégradation de la dignité que nous ne pouvons pas accepter.

Le recours au Conseil d’Etat vise à faire suspendre et annuler cet arrêté royal qui permet d’enfermer les êtres les plus vulnérables qui soient. Les quinze associations requérantes et l’Ordre des barreaux francophones et germanophone espèrent que le Conseil d’Etat les suivra et mettra fin à cette situation insupportable. Une balançoire, un toboggan et des casques anti-bruit n’y changeront rien. On n’enferme pas un enfant. Point.

Lien vers le communiqué de presse d’Avocats.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus