Psychothérapie : La Cour constitutionnelle en faveur de Maggie De Block

Psychothérapie : La Cour constitutionnelle en faveur de Maggie De Block

La Cour constitutionnelle vient de donner raison à la ministre de la Santé, Maggie De Block, concernant la loi sur les professions de santé mentale et l’exercice de la psychothérapie que la ministre avait modifié en 2016. Un recours avait été introduit, en vue de faire annuler la nouvelle loi.

Depuis que la ministre de la Santé, Maggie De Block, a déposé le projet de loi relatif à l’exercice de la psychothérapie en 2016, le secteur de la santé mentale est en plein changement. Positive pour les uns, négative pour les autres, la nouvelle loi, qui prévoit que désormais seuls les psychologues cliniciens, les orthopédagogues et les médecins puissent pratique la psychothérapie, ne laisse personne indifférent. Des recours ont été introduits, dont celui devant la Cour constitutionnelle, en vue de faire annuler la loi. La Cour vient de trancher en faveur de la ministre. Pour la Fédération belge des psychologues, qui l’exprime dans un communiqué, c’est un soulagement.

Dans son arrêt, la Cour Constitutionnelle a confirmé hier, la nouvelle loi de Maggie De Block sur les professions en matière de soins de santé mentale. La loi du 10 juillet 2016 réformait une loi antérieure qui reconnaissait les professions de psychologue et d’orthopédagogue cliniciens et protégeait la pratique de la psychothérapie. Différentes associations de thérapie privée, écoles et psychothérapie, avaient déposé une requête auprès de la Cour Constitutionnelle pour faire annuler la loi. Cette même cour a rejeté hier ce recours .

“Nous sommes particulièrement soulagés” déclare Koen Lowet, administrateur délégué de la Fédération Belge des Psychologues : “Il nous a fallu 20 ans pour faire reconnaître notre profession comme profession de soins de santé mentale en vue d’améliorer l’accès à l’assistance psychologique”. La loi actuelle est une bonne loi qui offre suffisamment de garanties de qualité aux patients et qui offre par la même occasion aux professionnels que nous sommes la garantie de pouvoir exercer notre profession de manière autonome ».

La psychothérapie restait le point le plus critiqué. La réforme de Maggie De Block posait un choix clair dans le débat sur la psychothérapie. La psychothérapie est-elle une forme de traitement psychologique ou devait-elle être considérée comme une profession particulière. « Dans son arrêt, la Cour Constitutionnelle met fin à ce débat. Il confirme que la psychothérapie peut être considérée comme un traitement réservé au médecin, au psychologue et à l’orthopédagogue cliniciens » explique Koen Lowet. Maggie De Block peut maintenant poursuivre le travail sur le remboursement des psychologues cliniciens de sorte à améliorer l’accès aux soins psychologiques donc à la thérapie. », déclare Koen Lowet.

Les psychologues espèrent maintenant que le secteur puisse poursuivre le travail à la réforme tant attendue des soins de santé mentale. Lowet est optimiste. « Cette discussion a divisé les praticiens pendant des années de sorte que les réformes allant dans le sens de l’intérêt du patient ont été ralenties. Grâce à ce cadre légal clair, nous espérons que le secteur se regroupe et que nous puissions travailler plus avant à des soins de bons soins de santé, de qualité et surtout accessibles au citoyen belge.

La FBP

[A lire]

- Assistants en Psycho : charlatans ou psychothérapeutes en devenir ?
- Evidence Based Practice et Pyschothérapie : pour quel débat ?
- La psychothérapie mise de coté ?



Commentaires - 4 messages
  • Quelle bonne nouvelle.
    La profession de psychologue va être encore mieux reconnue et considérée avec ces changement!

    skk lundi 5 mars 2018 11:40
  • La Cour Constitutionnelle sans S au bout, si vous voulez qu'on vous prenne au sérieux!

    psym mardi 6 mars 2018 08:57
  • @psym: oui, ça arrive des erreurs de distraction ;) Bonne journée à vous!

    Modérateur mardi 6 mars 2018 15:05
  • Bonne chose!!

    psy66 jeudi 8 mars 2018 12:56

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus