Un protocole clarifie le rôle de l'éducateur face à la médication

Un protocole clarifie le rôle de l'éducateur face à la médication

Pour pallier les tensions entre les professionnels de la santé d’une part et le personnel éducatif d’autre part, un protocole éclaircissant le rôle de chacun a été signé par les ministres compétents en matière d’aide aux personnes, représentés au fédéral par madame Onkelinx, ministre des Affaires sociales et de la Santé publique.

Ce protocole, qui a été signé le 24 février 2014, a pour objectif de baliser les responsabilités respectives des professionnels (santé, aide, éducation) et, simultanément d’améliorer les collaborations entre eux, dans le souci d’assurer la sécurité des personnes soignées.

Quels sont les actes à suivre ?

Ce protocole crée un lien structurel entre les deux groupes de prestataires, dans le respect de leurs compétences respectives, en mettant l’utilisateur au cœur de cette organisation. Il est notamment convenu que :

- les besoins de l’utilisateur sont déterminants dans l’organisation de l’aide, de l’accompagnement et des soins de santé.
- Les professionnels concernés doivent s’engager à une collaboration mutuelle, sur la base du respect et de la reconnaissance de la particularité de chacun, de l’expertise, de la responsabilité et des compétences spécifiques, et ce dans l’intérêt de la garantie de la qualité des soins à l’utilisateur. De plus, il est demandé un échange mutuel obligatoire de toutes les informations pertinentes entre tous les prestataires.
- Si le prestataire de soin et d’accompagnement constate l’aggravation potentielle ou avérée de l’état de santé de l’utilisateur, un professionnel de santé ou la personne de référence obligatoirement désignée pour tout utilisateur doit être prévenu sans délai.
- Un accord clair doit exister entre un professionnel des soins de santé et l’institution ou le service d’aide aux personnes en situation de handicap relatif à un utilisateur. Ces accords doivent être écrits ou faire partie du plan individuel de soins écrit établi pour l’utilisateur. Un prestataire de soin et d’accompagnement ne peut jamais décider de manière autonome de réaliser ces activités.

Les parties signataires s’engagent à chercher des solutions dans lesquelles et la qualité des soins au bénéficiaire sera assurée et la sécurité juridique suffisante pour le prestataire – qu’il soit d’aide et d’accompagnement, infirmier ou autre professionnel de santé – impliqué dans ces soins. Notez aussi que des efforts de formations continues seront demandés au personnel éducatif.

Le protocole mis à l’étude

Une étude universitaire pour évaluer la situation sera réalisée dans les prochains mois par l’Autorité fédérale, en concertation avec les Entités fédérées signataires de ce protocole d’accord (Onkelinx, Tillieux, Vandeurzen, Mollers, Laanan, Vanhengel, Fremault, Huytebroeck, Grouwels). Les situations de terrain constitueront l’objet de la recherche en sorte de décrire quels problèmes se présentent et dans quelles circonstances en vue de formuler des propositions de solution, en portant attention aussi bien à la qualité des soins qu’à la qualité de vie du bénéficiaire. Ce protocole d’accord sera réévalué à la lumière des résultats de cette étude.

Si ce protocole apporte une certaine souplesse dans les actes médicaux posés par l’éducateur, on peut se demander jusqu’où va sa valeur juridique. De plus, il n’apaise pas entièrement les tensions existantes entre les différents intervenants, chacun prêchant pour sa paroisse. Mais, dans cette situation complexe, il est important de considérer l’énorme enjeu qualitatif par rapport à la qualité de vie des personnes bénéficiaires des services de soin et d’accompagnement. Car finalement, tant les professionnels de la santé que le monde éducatif ont pour mission d’intégrer ces personnes en favorisant leur développement personnel, leur autonomie ainsi que leur maturation sociale. Ce protocole offre de réels accommodements à la réalité, avant tout bénéfiques pour l’utilisateur lui-même !

Delphine Hotua

Lire aussi : Les éducateurs face à la médication, la source d’un malaise professionel



Commentaires - 1 message
  • Bonsoir, mademoiselle Hotua, pouvez-vous me contacter à ce sujet svp. Ludovic.dahlem@apdes.be je suis administrateur dans l'association professionnelle des éducateurs spécialisés, merci

    Ludovic dahlem jeudi 24 avril 2014 17:37

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus