Un questionnaire pour diagnostiquer l’autisme

Un questionnaire pour diagnostiquer l'autisme

L’ "Autism Discriminative Tool" est un nouvel outil, "made in Belgium", servant à diagnostiquer un trouble autistique chez un enfant. Il pourra être utilisé par une série de professionnels dont les enseignants en maternelle ou les psychologues.

Développé par Sophie Carlier, à l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola, l’ADT (Autism Discriminative Tool) a pour objectif de dépister les troubles autistiques chez des enfants âgés de 2 à 6 ans. Une étude vient de valider le bon fonctionnement de l’outil et son importance dans le développement des interventions précoces en autisme.

Le dépistage de l’autisme est un enjeu dans les pays francophones. Un constat que Sophie Carlier, docteure en psychologie, a voulu pallier en mettant au point l’"Autism Discriminative Tool", un outil de dépistage des troubles du spectre autistique (TSA). Il est destiné aux professionnels faisant face à un enfant "présentant un développement atypique".

- [A lire] : Handicap : "Nous avons créé près de 400 places en 4 ans à Bruxelles"

Sous la forme d’un questionnaire

L’ADT est destiné aux professionnels de la santé de deuxième ligne ou aux services en contact avec des enfants présentant des difficultés développementales. Il se présente sous forme d’un questionnaire, composé de 35 points basés sur l’absence ou la présence de comportements précis. L’enseignant de maternelle le complète et le transmet à un médecin spécialisé dans le développement de l’enfant, comme un neuropédiatre ou un pédopsychiatre. Ce dernier interprétera alors le test et pourra alors rediriger les parents vers un centre ressources autisme pour une mise au point diagnostique, au besoin.

Afin d’être le plus efficient possible, l’ADT peut également être utilisé par tous les professionnels en contact avec des enfants présentant un développement atypique  : les paramédicaux (ex : psychologues), les équipes de prévention/protection de l’enfance, les services d’accompagnement, les centres psycho-médico-sociaux, les centres de santé mentale… Finalement, " à défaut d’un dépistage en amont et, en dernier recours, l’ADT peut être utilisé par les centres ressources autisme afin de déterminer la pertinence des demandes de bilan et/ou de les prioriser", explique Sophie Carlier.

Aujourd’hui disponible en langue française, le projet est maintenant de faire valider de l’ADT en italien ou en anglais.

- [A lire] : Des soins à domicile pour les autistes ?

Vous souhaitez nous communiquer une idée de sujet pour un futur article ? Vous désirez exprimer votre opinion sur un fait d’actualité, une réforme ou dénoncer une situation ? Lecteurs, travailleurs du secteur psycho-médico-social, contactez immédiatement le Guide Social via l’adresse redaction@guidesocial.be.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus