"Aujourd'hui, j'ai pleuré..."

09/04/20

Ma sœur.... ma petite sœur.... Aide soignante depuis quelques années, un métier de passion. Les « petites mains » de votre santé. Non, pas infirmière. Non, pas médecin. Non, pas chirurgienne. Mais aide-soignante.

Hier, au téléphone, j’ai entendu des larmes dans sa voix. De la peur. Un souffle court aussi. Et puis un nez encombré. Elle était couchée. « Il n’est pas l’heure que tu ailles travailler ? » « Non, j’ai de la fièvre ». J’ai compris. Tout de suite, j’ai compris. Évidemment, vous avez compris aussi.

Ce matin, à l’heure où vous vous promeniez pour rien. Que vous alliez faire « vos courses » pour la 4 e fois de la semaine à 20 km de chez vous (parce qu’après tout, il y a beaucoup d’endroits avec aucun commerce dans un rayon de 20 km en Belgique). Que vous aviez invité vos amis ou vos voisins parce qu’il fait beau pour une fois en Belgique. Elle, était dans un lit aux urgences.

Depuis quelques semaines, ce petit bout de femme parlait souvent de partir à la guerre sans arme. Elle disait se sentir impuissante. Impuissante face à la douleur, à la maladie, à la mort. Elle qui est là pour soigner. À présent, la voilà impuissante face à son propre corps.

Quand les priorités changeront-elles ? Quand, mesdames et messieurs les ministres, comprendrez vous qu’un jour ou l’autre vous aurez, vous aussi, besoin d’un soignant ? Que peut-être, parce que vous avez décidé de « faire des économies » un soignant ne pourra vous aider ? TOUT LE MONDE AURA UN JOUR AFFAIRE À UN SOIGNANT.

Aujourd’hui j’ai pleuré. Et je suppose que ça ne sera pas la dernière fois...

A toi ma sœur. Depuis bientôt 23 ans je t’aime. Aujourd’hui je t’aime de loin. De loin mais plus que tout. A ceux qui diront que tu as choisi ton métier. Réponds-leur que tu ne l’as pas choisi comme ça. Aucun soignant n’a choisi de travailler dans de telles conditions. Ils le font avec le cœur et le courage que tout l’univers leur a donné un jour.

Ce soir à 20h00 j’applaudis, en larmes, pour les autres... mais surtout pour toi. Tu es mon héroïne. Pour toujours.

Restez chez vous....

Coralie Springy

Citoyenne



Commentaires - 1 message
  • Je pleure avec vous Madame... De tout mon coeur, je lui souhaite une guérison sans devoir passer par la réa. Bien Í  vous.

    Marylène RENIER jeudi 9 avril 2020 19:11

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus