Comment réagir face à la maltraitance infantile ?

Comment réagir face à la maltraitance infantile?

L’ONE distribue cette année un petit guide « Attention fragile » pour aborder la question délicate de la maltraitance des enfants. Rencontre avec Deborah Dewulf, responsable du secteur SOS Enfants à l’ONE.

- La maltraitance des enfants, c’est-à-dire ?

- La maltraitance infantile en chiffres

Un bleu, oui. Mais plusieurs ? Un comportement agité. Ou bien des phrases parentales telles que « j’ai beau hurler, lui donner des fessées, rien ne change ». Ou encore « Mon enfant m’a confié qu’un adulte lui a fait des choses qu’il n’aimait pas »… Autant de situations délicates que des éducateurs, des puéricultrices, des professeurs sont amenés à gérer. Mais comment réagir ? L’ONE distribue une brochure auprès de acteurs de première ligne afin d’aider à prévenir la maltraitance. Son intitulé « Attention, fragile ».

Comment est née l’idée de cette brochure ?

Avant tout d’un partenariat, d’une grande collaboration entre les sphères politiques, psycho-médico-sociales et judiciaires. Nous voulions éclaircir les possibilités de réactions face à une situation de maltraitance, vulgariser les informations déjà présentes jusqu’ici.

La Belgique a en effet une manière particulière de réagir par rapport à la maltraitance…

Dans les pays anglosaxons, la signalisation d’une maltraitance à la justice est obligatoire. En Belgique, nous préconisons cette option comme choix ultime. Nous plaidons pour une gestion de ces situations par les acteurs de première ligne d’abord, c’est à dire les PMS, les PSE, les services de santé mentale, les centres SOS Enfants, etc. Chaque situation est singulière et complexe… Dans la majorité des cas, ce sont parfois les parents qui ont le plus besoin d’aide, qui nécessitent du soutien. C’est ce qu’il est préférable d’identifier avant d’avertir le parquet de justice.

Comment est diffusée la brochure de l’ONE « Attention, fragile » ?

Nous n’avons pas opté pour un envoi papier massif mais pour une intense diffusion par les acteurs eux-mêmes. L’idée est de permettre à toutes les personnes de première ligne de recevoir ces informations par le biais de la brochure mais aussi d’affiches. Le tout devrait être distribué pour le mois de septembre 2014.

Brochure téléchargeable en PDF

Fanny Leroy

N’hésitez pas à participer, commenter et réagir sur nos réseaux sociaux ou Forum.



Commentaires - 3 messages
  • Toute forme de maltraitance devrait être actée et faire l'objet d'un suivi.
    La prévention passe par l'information, dans ce cas, des enfants quant au respect qu'ils doivent recevoir. (vous avez dit éducation?).
    Les "abuseurs" devraient encourir des sanctions codifiées en fonction de la gravité des faits.
    Pas d'impunité pour la maltraitance...de qui qu'elle vienne.

    PierreC vendredi 7 mars 2014 17:48
  • Peut on garder l anonymat qd on connait un enfant qui dubi des maltraitances
    si on ne garde pad l anonylat lk famille interdit a la personne
    de venir et cette perdonne ne saitbplus surveiiller l enfant porter de la nourriture s assurer decla proprete de l enfant etc... elle ne verra plus rien et l enfant continuera a subir
    la police deja passee et n a ruen vu il faut y vivre et connaitre pour savoir que l enfant n edt pas nourri et seul l anonymat peut permettre cette surveillance ts les jours

    Titeuf2010 dimanche 12 octobre 2014 20:55
  • Bonjour, je réalise un T.F.E sur la maltraitance infantile et j'aimerais questionner des professionnels sur ce sujet. Merci beaucoup.

    aurélie.brecht vendredi 4 mars 2016 16:06

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus