Les espaces cantou, une belle initiative

Les espaces cantou, une belle initiative

Communauté, subsidiarité et participation sont les maîtres mots de la philosophie du cantou. Cette petite structure d’hébergement est spécialement adaptée aux personnes âgées désorientées. En proposant un cadre proche de celui de la maison familiale, elle favorise la stimulation entre les résidents en vue de les aider à préserver leur autonomie individuelle et collective. Rencontre avec Valéry Goblet, directeur général de Mariemont village, maison de repos et de soins pionnière en matière de cantou en Belgique, et Mélina Dicensi, infirmière-chef de service en cantou au sein de l’institution. Un article du magazine Actual Care.

Le cantou trouve son origine dans le sud-ouest de la France. En langue occitane, il signifie « le coin du feu ». C’est le foyer au sens double du terme : l’âtre de la cheminée et la famille. Dans le milieu des maisons de repos, le cantou désigne de petites unités de vie spécialisées dans l’accueil des personnes âgées souffrant de troubles du comportement, désorientées ou atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Mariemont village (La Maison de Mariemont ASBL), maison de repos et de soins à Morlanwelz, dispose sur son site de huit unités cantous pouvant accueillir chacune 15 résidents. Les quatre premiers cantous datent de 1996 et, en référence à l’origine du concept, portent des noms provençaux : L’Estérel, les Calanques, Les Oliviers et Les Santons. Les quatre suivants ont été construits en 2008 et baptisés suivant les noms des villes étrangères jumelées avec la commune de Morlanwelz (Valea Lunga, Pleszew, Le Quesnoy et Villarosa). Ils répondent tous à un projet de vie particulier, qui va de la mobilité à la relaxation, en passant par le contact avec la nature et le monde ou la réminiscence.

Valéry Goblet, directeur général de l’institution, et Mélina Dicensi, infirmière-chef de service en cantou, nous expliquent le fonctionnement et les spécificités de ces petites unités spécialisées.

AC : Pouvez-vous nous expliquer les caractéristiques principales des unités de soins spécialisées nommées « cantous » ?

Valéry Goblet : Mariemont village a retenu cinq critères pour définir le cantou. Le premier est la petite taille. On a choisi des unités de vie de 15 résidents. Dans la littérature, on parle parfois de 12 résidents comme nombre idéal. Au niveau de l’infrastructure et du ratio efficacité-coût des petites équipes du home, il est apparu que 15 était un bon nombre. Les résidents sont entourés d’un personnel soignant stable, polyvalent et pluridisciplinaire. La même équipe gère continuellement le même cantou, ce qui permet de créer un cadre fixe et rassurant pour les pensionnaires.

Le deuxième critère : une architecture prothétique. L’architecture sert de prothèse au handicap du résident. Nos cantous ont évolué dans le temps. On y a levé les obstacles, organisé de larges espaces de déambulation en supprimant les couloirs, et intégré beaucoup de lumière naturelle. Les saisons rythment le quotidien des résidents.

Le troisième critère est l’intégration des familles. Ces dernières gardent un rôle très important dans les cantous. Le personnel soignant est le repère du présent, tandis que les familles représentent l’ancrage et les repères du passé. Il est donc important que la mixité s’opère. Les familles, à la longue, viennent rendre visite à l’entièreté de la communauté et non uniquement à leur proche. Elles ne les rencontrent pas nécessairement en chambre, mais dans l’espace commun du cantou, le plus souvent. Par-là, elles font donc aussi partie de la communauté. D’ailleurs, par rapport à cet aspect, les heures de visite sont bien plus larges qu’en structure traditionnelle.

Le quatrième critère : du personnel formé spécifiquement à la démence. En outre, l’infirmière en cantou jouant le rôle d’accompagnatrice, de maîtresse de maison, elle est aussi formée à d’autres tâches que les actes infirmiers traditionnels. Notons à ce propos que le personnel choisit volontairement de travailler en cantou. Tout le monde n’est pas fait pour cette fonction. Certains membres de l’équipe travaillant en structure traditionnelle ne voudraient jamais travailler en cantou, et vice-versa, parce que ce n’est pas leur façon de faire. Une infirmière n’est pas forcément à l’aise avec la préparation des repas. Nous laissons à chacun le soin de trouver sa voie et la structure dans laquelle il se sent bien. Le fait qu’il existe chez nous différents types d’accueil et de fonctionnement permet cette flexibilité.

Enfin, le cinquième et dernier critère est l’ergonomie pour le personnel. En règle générale, au niveau de notre ASBL, on part toujours du principe que si le personnel travaille dans de bonnes conditions, les soins donnés se font de manière qualitative également. Tout est pensé pour que le personnel puisse avoir le matériel nécessaire en fonction de la dépendance des résidents.

AC:Comment s’organise le quotidien des résidents au sein des cantous ?

Valéry Goblet : Le projet de vie s’articule autour des actes de la vie quotidienne, les A.V.Q – Activités de la Vie Quotidienne – et les A.V.J – Activités de la Vie Journalière. Tout est basé autour de ça, un peu comme cela se fait à la maison. J’ai toujours l’habitude de dire que chez soi, on ne s’adonne pas au Scrabble ou à une partie de cartes toutes les après-midis ou tous les jours. Certains jours, on ne fait rien de particulier. Certains jours, on se repose simplement. Bien souvent, la charge la plus importante dans un foyer, c’est l’alimentation : faire les courses, ranger les courses, cuisiner. Mais c’est aussi essuyer la vaisselle, plier le linge ou mettre à jour le calendrier. Au sein du cantou, la communauté s’organise autour de ces différentes activités. Les résidents, emmenés par le personnel, peuvent exécuter ces tâches, comme ils peuvent ne pas le faire du tout. Certains résidents ne le font pas, soit parce qu’ils disent qu’ils l’ont fait toute leur vie et qu’à présent, ils n’ont plus envie de le faire. Soit parce qu’ils ne l’ont jamais fait et qu’ils n’ont pas envie de commencer maintenant. Même s’ils ne prennent pas part activement à l’animation, ils la vivent néanmoins toujours de manière passive, notamment grâce aux odeurs, aux bruits de casseroles, aux mouvements, à la présence permanente d’au moins un membre du personnel, des familles qui entrent et qui sortent, etc. L’objectif est d’organiser la journée de sorte que les résidents puissent toujours être participatifs, même de façon passive, et donc citoyens. Lire la suite de l’article

[A lire]

- Trop peu d’espaces cantou en Belgique



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.