Formation inédite : l’IND Namur crée une option "bandagiste, orthésiste, prothésiste et chausseur orthopédique"

08/06/22
Formation inédite : l'IND Namur crée une option

L’Institut Notre-Dame de Namur est le seul établissement scolaire de la Fédération Wallonie Bruxelles à proposer une formation pour devenir technicien bandagiste, orthésiste, prothésiste et chausseur orthopédique (BOPCO). Cette section a été créée pour les élèves de 5 ème et 6ème année de Technique de Qualification. Deux années ont été nécessaires pour que cette option paramédicale puisse voir le jour.

Il a fallu tout construire de A à Z. Lorsque la direction de l’IND de Namur prend conscience que la section BOPCO (bandagiste, orthésiste, prothésiste et chausseur orthopédique) n’existe dans aucune autre école d’enseignement secondaire en Fédération Wallonie-Bruxelles, elle décide de se lancer malgré tout dans l’aventure. « Il n’existait même pas de grille de formation », se souvient la directrice Sylvie Satin.

Pour l’Institut Notre-Dame, l’investissement est à la hauteur de ses objectifs : proposer des filières sociales résolument tournées vers l’humain. Différentes étapes ont été nécessaires pour que le projet puisse se concrétiser. « Nous avons pris contact avec la HE2B, la Haute Ecole Bruxelles – Brabant, IZEK, qui est la seule à proposer le bachelier en bandagisterie en FWB. Nous avons contacté également l’Union professionnelle des bandagistes et orthopédistes de Belgique (UPBOB). Nous avons été aidés par la conseillère pédagogique du Segec pour le programme des cours. Nous sommes allés ensuite à l’Institut Vesalius à Ostende : l’une des deux écoles secondaires de Flandre qui propose la section BOPCO », explique Sylvie Satin.

Grâce à l’expertise des acteurs consultés, la direction a pu élaborer les cours de la section. C’était le premier grand volet de l’aventure. Le second portait sur les équipements. « L’école a réalisé un énorme investissement, reprend la directrice. Nous n’avions rien du tout : ni machine, ni matériel spécifique, ni tissu, ni même de professeur. Nous avons écrit à l’ensemble des membres de l’Union professionnelle des bandagistes et orthopédistes de Belgique et nous avons reçu des tonnes de cuir ainsi que quelques machines ». L’école a également pu mettre en place une collaboration avec la HE2B pour le prêt de machines et solliciter le Fonds d’équipement de la Fédération Wallonie Bruxelles pour obtenir des outils et du matériel.

Au total, la genèse de ce beau projet aura duré deux ans. Deux ans pour accueillir les premiers élèves de la section lors de la rentrée de septembre 2021. Les élèves reçoivent une formation commune (14h/semaine) et suivent 16h00 de cours dédiés spécifiquement à l’option. Ils ont également l’opportunité de réaliser des stages (8 semaines sur le degré). Durant leur cursus, les élèves pourront acquérir des connaissances théoriques dans le domaine paramédical et notamment en 2 biomécanique. La grille horaire comprend des cours d’anatomie, de physiologie, de technologie bandages, orthèses, prothèses, chaussures orthopédiques. Deux heures par semaine sont également consacrées à l’apprentissage des aspects économiques, politiques, sociaux et culturels de la santé. Six heures par semaine sont dévolues aux travaux pratiques. C’est une option qui est ouverte aussi à des élèves qui ont un CESS.

Le travail du technicien BOPCO

Le technicien BOPCO est un professionnel qui intervient dans la fabrication de bandages, d’orthèses, de prothèses et de chaussures orthopédiques. Il travaille sous la responsabilité d’un bandagiste, d’un orthésiste, d’un prothésiste ou d’un chausseur orthopédiste.

Il apporte des adaptations aux produits préfabriqués (produits finis standards). Il adapte les produits à un patient précis ou réalise des produits manufacturés, faits sur-mesure. Ceux-ci sont fabriqués sur base de matières premières et/ou de pièces détachées et confectionnées individuellement aux mesures du patient.

« C’est un métier très peu connu : de nombreuses personnes doivent porter des semelles orthopédiques sans avoir spécialement conscience de tout le travail qu’il y a derrière. C’est un métier qui est très diversifié et valorisant. C’est gratifiant de construire pour un patient une semelle, une chaussure, une prothèse ou encore un corset qui permettra d’améliorer son confort au quotidien ».

Les débouchés

Les débouchés de la formation BOPCO sont multiples et variés. Avec leur qualification, les étudiants peuvent être engagés dans le secteur paramédical (bandagisterie, centres de rééducation, centres de fabrication d’appareillage orthopédique, ONG …).

Avec leur Certificat d’Enseignement Supérieur Secondaire, ils peuvent poursuivre des études supérieures comme :

  • Bachelier en bandagisterie—orthésiologie—prothésiologie— chaussures orthopédiques
  • Bachelier dans une section paramédicale (kinésithérapeute, ergothérapeute, infirmier,…)

En pratique

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 9 juillet et reprendront du 16 août au 27 août.

Contact
Sylvie Satin
Directrice de l’IND Namur
0474/34.27.43
Rue Julie Billiart, 19
5000 Namur
direction@indnamur.be -www.indnamur.be

[Découvrez les autres professions du secteur psycho-médico-social] :
 Les témoignages
 Les fiches métiers

www.jaimemonmetier.be



Commentaires - 1 message
  • Une formation de deux ans dans un métier pratique et créatif en pénurie ... Paraît que l on peut déjà être engagé avant la sortie des études.

    Aristichats mercredi 8 juin 2022 15:06

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus