Réforme de la médecine du travail : l'importance des risques psychosociaux

Réforme de la médecine du travail: l'importance des risques psychosociaux

Le 23 mai sont parus au Moniteur Belge deux nouveaux arrêtés royaux relatifs à la réforme de prévention et de la médecine du travail. Ces nouveaux arrêtés prennent en considération la nouvelle législation concernant les risques psychosociaux au travail.

Ces arrêtés royaux introduisent une approche multidisciplinaire de la médecine du travail ainsi que des tarifs unitaires de consultations médicales.

"Le recours à un ergonome ou un psychologue est parfois beaucoup plus judicieux "

L’arrêté apporte diverses modifications à d’anciens arrêtés royaux. Ces modifications portent sur le bien-être au travail ainsi que sur la protection des travailleurs contre les risques liés à l’exposition des agents biologiques. Les risques psycho-sociaux sont d’avantage pris en compte dans cette réforme. Selon le secrétaire national de la CSC, Mathieu Verjeans, "Le recours à un ergonome ou un psychologue est parfois beaucoup plus judicieux qu’un examen médical annuel". Il est désormais possible de consulter un psychologue en cas de burn-out ou de stress. Les travailleurs peuvent également consulter un médecin du travail en toute discrétion sans en faire la demande à leur employeur. A présent, l’employeur a le devoir d’informer ses salariés des noms et coordonnées différents conseillers en prévention qu’ils sont en mesure de consulter.

Des tarifs uniformes

Un autre élément important de cette réforme est l’introduction de tarifs unitaires. La nouvelle tarification qui entrera en vigueur le 1er janvier 2016 fixera de manière précise quelles prestations sont fournies en échange de la cotisation. Le système de tarification tiendra plus en compte les activités liées à la gestion des risques souvent sujettes aux risques psycho-sociaux.

Lire aussi :
- Le stress et le burn-out officiellement considérés comme risques psychosociaux au travail
- 1 travailleur sur 4 confronté à des problèmes de santé mentale d’ici 2020



Commentaires - 3 messages
  • Pour avoir travaillé en médecine du travail dans les hôpitaux il y a 40 ans, je trouve que le progrès de ces nouvelles dispositions est énorme. ENFIN, le psychosocial est pris en compte au même titre que le physique. Bravo et merci pour les travailleurs.

    medek jeudi 29 mai 2014 10:09
  • Il s'agit en fait d'une modification de la loi sur le bien être au travail et de ses arrêté d'application qui concerne d'une part les risques psychosociaux au sens large et d'autre part la tarification des prestations des service externes de prévention.
    Il ne s'agit donc pas d'une réforme de la médecine du travail mais des service de prévention dont la médecine du travail n'est qu'une partie.
    Relevons toutefois une grande avancée dans la prise en compte des difficultés psychosociale par la voie de procédure informelle alors que précédemment seule la violence et le harcèlement étaient prise en compte et par une procédure qui ressemblait plus à celle d'un juge d'instruction qu'a celle d'un conseiller en prévention.

    Un CPAP retraité

    cpap jeudi 29 mai 2014 19:52
  • il faut cependant savoir que le médecin du travail est rarement neutre = défend les intérêts de l'employeur et fait l'hypocrite pour tout connaître de la santé de l'employé et après quand il sait suffisamment de choses, s'arranger pour se retourner contre l'employé si c'est l'intérêt du patron....
    Et les personnes de confiance, la responsable de la cellule harcèlement et le syndicat interne = idem!!!
    Toutes ces personnes servent la cause de l'employeur... uniquement.... Ne soyez pas naïfs!!!

    carolle jeudi 29 mai 2014 22:36

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.