Le stress et le burn-out officiellement considérés comme risques psychosociaux au travail

Le stress et le burn-out officiellement considérés comme risques psychosociaux au travail

Une nouvelle législation concernant les risques psychosociaux au travail est parue cette semaine au Moniteur belge. Celle-ci prend désormais en compte le stress et le burn-out.

Cette semaine a accueilli la Journée internationale de la prévention des accidents de travail et des maladies professionnelles ainsi qu’une nouvelle législation concernant les risques psychosociaux au travail.

La législation va plus loin

La législation n’avait plus été adaptée en ce sens depuis 11 ans. Le texte portait uniquement sur le harcèlement moral, les actes de violence et le harcèlement sexuel au travail. Les victimes pouvaient porter plainte et bénéficiaient ainsi d’une protection contre le licenciement.

Stress et burn-out

Désormais, tous les risques psychosociaux, y compris le stress et le burn-out au travail sont considérés et doivent faire l’objet de prévention. Ceux-ci étant des menaces considérables pour le maintien à l’emploi. D’après une récente enquête de la FGTB menée après de 5.000 travailleurs, le stress (92%), le burn-out (63%) et les troubles du sommeil (51%) sont en effet les menaces les plus citées du travail sur la santé, physique ou mentale.

Bien-être au travail

Pour Philippe Courard, Secrétaire d’Etat aux Affaires sociales, en charge des Risques professionnels, « cette nouvelle réglementation est extrêmement importante sur le plan de la prévention des risques psychosociaux. Ces risques psychosociaux sont le fléau du XXIème siècle au niveau du monde du travail. D’après les chiffres de l’INAMI, les troubles psychiques forment la première cause d’invalidité, représentant plus d’1/3 des cas d’invalidité (34,5%, environ 93.000 cas par an) ! C’est 70% de plus qu’il y a 10 ans ! Sensibiliser les entreprises à mettre tout en place pour prévenir ces risques est donc urgent. Les entreprises doivent avant tout comprendre que ne pas prendre les mesures qui leur sont imposées en termes de prévention des risques psychosociaux, c’est se tirer une balle dans le pied. La prévention doit être vue comme un investissement et non comme un coût ! »

Lire aussi :
- Réforme de la médecine du travail : l’importance des risques psychosociaux
- 1 travailleur sur 4 confronté à des problèmes de santé mentale d’ici 2020



Commentaires - 1 message
  • Pouvez-vous m'informer sur les obligations de mon employeur pour ma reprise au travail après un an de burn-out. Ne doit-il pas adapter les conditions de travail pour me permettre de recommencer sans retomber dans le burn-out pour le bien du service et.. le mien?
    Bien à vous

    Colchique lundi 21 mars 2016 11:29

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

Pour votre facilité, ce site utilise les cookies conformément à nos conditions générales.