Aide à la jeunesse : le congé parental d’accueil pris en compte pour les droits à la pension

Aide à la jeunesse : le congé parental d'accueil pris en compte pour les droits à la pension

Si vous accueillez un enfant mineur dans votre cocon à l’occasion d’un placement familial de longue durée, vous avez droit à une période de repos indemnisée. Dorénavant, ce congé parental d’accueil est assimilé pour le droit à la pension, avec un effet rétroactif au 1er janvier 2019.

Depuis le 1er janvier 2019, le congé parental d’accueil est considéré comme période assimilée pour l’accès aux droits à la pension, a annoncé dimanche la ministre des Pensions, Karine Lalieux à l’agence Belga.

- [A lire]   : L’Aide à la Jeunesse manque de familles d’accueil

Le congé parental d’accueil compte désormais pour la pension !

Le congé parental d’accueil permet au travailleur de mettre en suspens son contrat de travail afin de s’occuper d’un enfant, souvent fragilisé et en situation familiale compliquée. « L’altruisme des accueillants doit être valorisé, pas puni. Ils ne peuvent pas être pénalisés lorsqu’ils arrivent à la pension parce qu’ils ont pris le congé auquel ils ont droit », souligne la ministre des Pensions à l’agence Belga.

Cette période d’inactivité est accessible à tous les parents d’accueil dans le cadre d’un placement familial de minimum 6 mois. Le congé est de maximum six semaines par parent, avec un bonus de deux semaines à partager entre les deux accueillants d’une même famille.

Jusqu’à présent, l’assimilation était seulement garantie pour le congé de maternité, le congé de paternité et le congé d’adoption, mais c’est désormais également le cas pour le congé d’accueil parental !

En 2019, ce sont 1.166 enfants qui ont été accueillis dans des foyers en Belgique. À noter cependant que seuls 169 parents ont eu recours cette période de repos.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus