COVID un an après : ces ASBL qui ont réinventé leurs activités

COVID un an après: ces ASBL qui ont réinventé leurs activités

La crise sanitaire a poussé les ASBL à s’adapter, à se réinventer. Chez certaines ASBL, cela a permis de faire émerger des idées auxquelles elles n’auraient peut-être jamais pensé. MonASBL.be a rencontré quatre associations qui ont partagé leurs innovations. [Un article de MonASBL.be]

Il y a un an exactement, de nombreuses ASBL ont dû stopper ou suspendre leurs activités. Parfois même, du jour au lendemain. Pour ne pas se contenter d’annuler ou de reporter leurs événements, certaines associations en ont profité pour se réinventer et proposer de nouvelles activités auxquelles elles n’auraient peut-être jamais pensé. Elles ont ainsi fait preuve de résilience : une clé pour faire face aux contraintes imposées par la crise sanitaire et pour rebondir.

NRV ASBL : « C’est comme ça qu’on a pensé à un escape game en extérieur »

L’ASBL NRV (les initiales des fondateurs : Nathalie, Rudi et Vincent) organise depuis 2018 des activités ludiques, festives, sociales, éducatives et sportives dans la commune de Berchem Saint-Agathe. En 2020, l’ASBL avait entré une demande de subside pour organiser des activités pour les enfants pendant le mois d’août. « Mais à cause du COVID, on ne pouvait pas louer des salles et rassembler des gens en intérieur », raconte Nathalie Mayor, présidente de l’ASBL. L’équipe a du donc réfléchir à une alternative. « On avait déjà en projet d’organiser un escape game. On s’est demandé comment s’adresser à beaucoup de monde, de manière espacée, tout en pouvant travailler sous forme de bulles ? Et c’est comme ça qu’on a pensé à un escape game en extérieur ». Le projet est financé en partie par la Région de Bruxelles-Capitale.

Il aura fallu un mois de travail « intensif » pour le mettre en place. Le temps de créer le jeu, les énigmes, de trouver le matériel et d’obtenir toutes les autorisations de la commune, de la police et de l’IBGE (Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement) qui s’occupe de la gestion du Bois Wilder, où se tient l’escape game. Depuis le lancement, l’ASBL n’a pas eu besoin de réadapter les règles sanitaires. « On a mis en place le projet quand on était dans les mesures les plus strictes. On a d’abord limité à 4 personnes et avec les nouvelles règles désormais on peut ouvrir à 6 personnes par groupe. Ensuite, on désinfecte tous les objets, tout le matériel entre deux équipes », explique la présidente.

Depuis le lancement, fin janvier, l’ASBL compte déjà 150 joueurs. « Et on a déjà une vingtaine de réservations pour les semaines suivantes », continue Nathalie Mayor. Un véritable succès que Nathalie Mayor explique par le fait que « les gens sont en manque d’activités ». Et de continuer : « Même les jours de neige les gens sont venus et étaient super motivés ».

La présidente reconnait que ça n’a pas été facile de « bifurquer vers des activités alternatives ».

... Lire la suite de l’article sur le site de MonASBL.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus