De nouveaux moyens financiers et humains pour l'Aide à la jeunesse

26/10/21
De nouveaux moyens financiers et humains pour l'Aide à la jeunesse

A l’occasion du récent conclave budgétaire, un montant à hauteur de 5,79 millions d’euros a été débloqué pour renforcer les moyens mis à disposition de la jeunesse en danger ou en difficulté.

« On sait combien les confinements successifs ont exacerbé les fragilités au sein des familles. Les moyens débloqués par la Fédération Wallonie-Bruxelles permettront de renforcer les services d’aide à la jeunesse actifs sur le terrain. L’occasion, aussi, de saluer leur professionnalisme et la qualité de leur travail quotidien », pointe La Ministre de l’Aide à la Jeunesse, Valérie Glatigny.

Voici les principales mesures qui seront concrétisées grâce à ce montant :

1. Assurer la mise en place d’un service de garde pour les services de l’aide et de la protection de la jeunesse (600.000 euros)

Actuellement, les services de l’aide et de la protection de la jeunesse œuvrent durant des horaires administratifs, du lundi matin au vendredi après-midi, en journée. Cette situation crée des inégalités de traitement puisque les soirs et les weekends, les enfants qui connaissent des situations de danger sont pris en charge exclusivement par les autorités judiciaires. Le budget dégagé permettra de remédier à cette situation.

- Lire aussi : Aide à la jeunesse : quelles perspectives d’évolution pour les SASPE ?

2. Bientôt une première « AMO – Service droits des jeunes » en province du Luxembourg (1.194.000 euros)

Les services d’Accueils en Milieu Ouvert (AMO) sont chargés de soutenir les jeunes en risque de décrochage social ou déjà victimes de décrochages familial ou social, ils sont aussi en première ligne sur le terrain.

Le budget dégagé permettra notamment l’agrément de la première “AMO – Service Droits des Jeunes” en province du Luxembourg. Il permettra également d’augmenter le nombre d’intervenants dans 11 AMO, l’engagement de 3 travailleurs de rue et l’ouverture de deux antennes, et ainsi soutenir l’axe de la prévention dans le secteur de l’aide à la jeunesse.

3. Renforcer le soutien aux victimes de mariages forcés ou de violences liées à l’honneur (474.000 euros)

En complément du budget dégagé il y a quelques semaines pour permettre à l’association Esperanto d’assurer en 2021 les premières prises en charge sécurisées pour jeunes victimes de mariages forcés ou violences liées à l’honneur en Belgique francophone, de nouveaux moyens seront débloqués pour rendre le financement des 5 prises en charge structurel dès 2022.

4. De nouveaux moyens pour les services résidentiels agréés pour l’accueil spécifique des 0-6 ans (768.000 euros)

Les services résidentiels généraux agréés par la Fédération Wallonie-Bruxelles peuvent héberger des enfants de 0 à 18 ans. En général, ces services accueillent des enfants en âge d’être scolarisés.

Afin de répondre aux besoins du terrain, des services résidentiels ont spécifiquement été agréés pour l’accueil d’enfants de 0 à 6 ans. L’accueil n’y est possible que sur mandat d’un service d’aide à la jeunesse, d’un service de protection de la jeunesse ou encore d’un Tribunal de la Jeunesse. Ils viennent compléter les structures existantes au niveau de l’ONE, à savoir, les services d’accueil spécialisés.

Les moyens supplémentaires dégagés par le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles à l’initiative de Valérie Glatigny avaient déjà permis de recruter du personnel supplémentaire (10 équivalents temps plein) afin d’améliorer le taux d’encadrement dans l’accueil des enfants de 0 à 6 ans. En effet, l’accueil de ce public demande un encadrement adapté (normes en personnel, qualifications, etc.) eu égard aux besoins spécifiques des plus petits (ex : suivi d’enfants qui sortent de l’hôpital ; sevrage ; enfants appareillés ; biberons de nuit, etc.).

Les nouveaux moyens débloqués permettront d’encore augmenter les normes d’encadrement (nombre d’enfants pris en charge par travailleur).

5. Du personnel supplémentaire pour les Equipes Mobiles d’Accompagnement bruxelloises (467.000 euros)

Lorsqu’un jeune est suspecté d’avoir commis une infraction, le tribunal de la jeunesse peut lui imposer une mesure d’intervention éducative dans son milieu de vie pour une période déterminée. Il est alors encadré par une Equipe Mobile d’Accompagnement (EMA) composée d’intervenants psycho-éducatifs.
Sur demande du mandant, les psychologues de ces équipes peuvent alors réaliser un bilan du jeune sur une durée de 3 semaines afin de fournir une première évaluation rapide au juge de la jeunesse.

Ces équipes seront renforcées à hauteur de 9 équivalents temps plein en région bruxelloise, afin de répondre aux besoins des services sur le terrain et privilégier le maintien du jeune dans son milieu de vie.

- Lire aussi : D’enfant placé à éducateur spécialisé : "Mon livre ? Un cri d’espoir"

6. Renforcer le personnel des services partenaires sur le terrain (1.227.000 euros pour plusieurs associations)

Les moyens dégagés permettront, enfin, de renforcer le personnel de plusieurs acteurs de terrain actifs dans le domaine de l’aide à la jeunesse.

Voici quelques exemples de structures bénéficiaires :

  • L’Accueil Multifamilial de Jour à Gosselies :
    Les moyens dégagés permettront par exemple de renforcer le cadre du personnel du projet “L’Accueil” à Gosselies. Ce service accueille des familles en appartement, afin de les accompagner dans la restauration du lien entre parents et enfants. Le dispositif permet de réaliser une évaluation lorsqu’un risque de négligence ou de maltraitance est identifié et que se pose la question du maintien ou non de l’enfant au sein de sa famille.

Les moyens débloqués permettront d’étoffer l’équipe actuelle à hauteur de 2,5 équivalents temps plein afin d’assurer une prise en charge multidisciplinaire. Une mesure qui permettra de soutenir davantage encore le travail préventif important ainsi que la prise en charge spécifique assurée par cette institution unique en Fédération Wallonie-Bruxelles.

  • Le service « Kaléidos » :
    Basé à Liège, le service Kaléidos travaille depuis 2001 à la prise en charge des situations d’abus sexuels intrafamiliaux sous mandat des autorités de l’aide à la jeunesse. Il fournit notamment une prise en charge psycho-socio-éducative aux jeunes ainsi qu’aux membres de leurs familles.

Afin de sensibiliser les professionnels et le grand public à la problématique de l’abus sexuel, Kaléidos propose aussi des formations, supervisions et publications sur ce sujet.

Ce service bénéficiera de 2 équivalents temps plein supplémentaires.

  • Les Sentiers de l’Etape :
    Le service « Les Sentiers de l’Etape », situé à Woluwé-Saint-Pierre, dispose d’une maison d’hébergement et offre une observation et une orientation aux jeunes qui y sont hébergés.

Agréé comme Projet Educatif Particulier, il recevra 1 équivalent temps plein supplémentaire afin de renforce ses équipes et, ainsi, d’assurer un accompagnement individualisé de chaque jeune.



Commentaires - 1 message
  • Euh... on ne mettrait pas en place le remboursement des aides aux mineurs d'âge prévues par la loi et... jamais appliquées faute d'arrêté royal d'application !

    Frankp jeudi 28 octobre 2021 11:58

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus