L'ASBL AWSA-BE déconstruit les clichés sur les femmes arabes (VIDEO)

24/11/21
L'ASBL AWSA-BE déconstruit les clichés sur les femmes arabes (VIDEO)

Des portraits de femmes du monde arabe recouvrent les murs de l’ASBL AWSA-Be qui nous a ouvert ses portes le temps d’une interview. Cette ASBL d’éducation permanente cherche à visibiliser les femmes du monde arabe afin de déconstruire les stéréotypes dont elles sont victimes. Un cheval de bataille qui met les cultures européennes face à leurs manquements, qui pointe le racisme systémique et l’importance des femmes modèles.

La coordinatrice, Alicia Arbid, nous accueille tout sourire dans les bureaux de l’ASBL Arab Women’s Solidarity Association - Belgium (AWSA-Be). On ressent instantanément la forte énergie, la profusion d’idées et la passion qui irradient de l’équipe. En effet, les engagements d’AWSA-Be sont nombreuses. Elles partent de la déconstruction des stéréotypes mais touchent également à la visibilisation d’un matrimoine trop souvent dans l’ombre, à la remise en confiance des femmes en recherche d’emploi et à la création de ponts entre les pays d’origine et le pays d’accueil qu’est la Belgique.

Le projet de trois femmes

C’est à travers un trio de femmes aux origines libanaise, algérienne et marocaine qu’a débuté, en 2006, le projet d’AWSA-Be. Elle se sont retrouvées autour d’un même constat : le besoin de déconstruire les clichés concernant les femmes arabes.

Tout a démarré avec la création d’une chorale et des soirées conviviales “car ce n’est pas parce qu’on est féministe qu’on ne peut pas être conviviale, contrairement à ce que l’on peut entendre.” précise Alicia Arbid en riant.

Comme nous avons pu le voir dans les différents portraits d’associations réalisés, les rencontres sont souvent à l’origine d’évolutions majeures. C’est également le cas pour AWSA-Be. Et quelle rencontre. Nawal El Sadawii ! Ecrivaine et psychiatre, elle est une figure égyptienne emblématique de l’émancipation des femmes dans le monde arabe. Elle a créé l’Association arabe pour la Solidarité des femmes (AWSA International) qui luttait pour l’émancipation juridique, sociale, culturelle, économique et politique des femmes. Un engagement qui lui vaudra des menaces de mort, la contraignant à l’exil temporaire.

Après cette rencontre, les démarches se sont accélérées : “A ce moment-là, Nawal El Sadaawi aurait suggéré de créer AWSA Be. Les choses se sont vites mises en place. AWSA- Be représente un soutien à AWSA international car sous le régime égyptien de l’époque, l’ASBL a été obligée de fermer. Pour nous, Nawad El Sadawii est comme notre marraine car son parcours féministe est impressionnant.”

Se joint à cela deux autres missions que nous précise Alicia Arbid : “Elles ont constaté un manque de structures qui proposaient autre chose que des cours de français langues étrangères, un besoin de visibilisation en tant que femmes des mondes arabes et de ponts entre elles.

Le culturel au service du pédagogique

Pour AWSA, la déconstruction des stéréotypes passe par la visibilisation de la richesse culturelle du monde arabe et particulièrement, de ses femmes.

La mise en avant de ce matrimoine met à mal les préjugés concernant la migration, toujours très présents : “Même pour les personnes de troisième ou quatrième génération, il y a toujours cette étiquette migrante” constate la coordinatrice. Et derrière cette étiquette se cache un ensemble de croyances à propos de la sexualité, de l’identité, du féminisme et des droits humains. Croyances intégrées par les populations concernées qui imprègnent leur sentiment de bien-être, leur confiance et par répercutions le vivre-ensemble.

Mais c’est aussi un nouveau cadre de références que propose AWSA-Be, qui permet d’envisager les choses avec un autre regard que celui du modèle européenno-centré. Alicia Arbid nous raconte : “On a reçu la sexologue Amal Chabach qui a une émission au Maroc super bien réputée. On a proposé à des partenaires de réaliser un atelier avec elle et les femmes. Certain.e.s nous ont dit que les femmes ne seraient pas à l’aise de parler de ça alors qu’on s’est rendu compte que beaucoup connaissaient l’émission d’Amal Chabach et qu’elles étaient heureuses de pouvoir parler de cela avec quelqu’un qui a le même cadre de références.

Des comportements différents selon le pays d’origine et d’accueil

Ce que permet également cette démarche est de démontrer que les valeurs féministes et laïques ne se concentrent pas uniquement en Occident. Les féministes du monde arabes existent, luttent et sont parfois abasourdies de certaines situations dans lesquelles se retrouvent les femmes en Belgique.

La coordinatrice précise : “Tout ce qui tourne autour de la sexualité est fort lié aux questions identitaires et de préservation de la culture entraînant un contrôle des jeunes filles plus important que dans d’autres pays du monde arabe”.

En ligne de mire : la fréquentation exclusivement masculine de certains cafés : “Certaines artistes nous ont fait remarquer que l’absence totale de femmes dans les cafés n’était pas aussi marquée dans leurs pays.

En réaction à cela, l’ASBL a développé un projet simple : aller dans les cafés et rencontrer les hommes : “ L’action “Femmes au café” cible des cafés dits “arabes”. On y fait des actions avec les différent.e.s artistes. Et grâce à ce projet, je me suis rendue de la portée des stéréotypes. On voit l’importance de coupler la lutte féministe à la lutte anti-raciste. Ici, dans nos quartiers on peut être confronté à des formes de replis et de protection qui sont plus fortes par le contrôle des jeunes femmes.

Des projets originaux

Les projets que développe l’ASBL sont fortement liés à l’actualité. Le tourisme, la laïcité, le port du voile... AWSA-Be analyse ces faits de société à travers son angle féministe, inclusif, interculturel et toujours dans un format original.

On a fait un projet qui s’appelait “Bruxelles, visité par elles” qui consistait à faire des visites de Bruxelles avec des femmes primo-arrivantes et d’autres présentes depuis plusieurs années. Les visites avaient donc un aspect touristique, féministe et interculturel. En a résulté un guide qui est utilisé aujourd’hui par d’autres associations.

Un grand nombre de débats ont occupé l’espace médiatique à propos de laïcité. Pour l’équipe d’AWSA-Be c’est par la parole des jeunes qu’elle a eu envie de traiter cette thématique avec un concours de dissertation sur la laïcité au Liban. “Pourquoi le Liban ? C’est un pays confessionaliste donc il est divisé selon les confessions, 18 au total. Ainsi, les droits des femmes diffèrent en fonction des confessions. La laïcité est pour nous un outil précieux du vivre ensemble, d’autant plus quand on voit les débats qui sont fait sur le port du voile.

Un autre sujet très traité dans les médias à coup d’approximations, la question du voile. “On a mis en avant une photographe algérienne, Maya Inès Touam, qui montre les différentes façons de porter toutes sortes de voiles. Chaque photo est accompagnée d’un témoignage à propos des raisons qu’ont les femmes de le porter ou non. On voit que ça indique beaucoup de choses culturelles et traditionnelles. Cela transmet la diversité des choix et des raisons de le porter.” Ce type de support permet d’éviter les polarisations.
La coordinatrice ajoute : "AWSA-Be est une association laïque, nous pensons que le voile doit être interrogé, comme le fait religieux et le conservatisme, mais qu’interdire le voile vise des individus et non pas des systèmes. C’est contraire à la démocratie et au respect des libertés individuelles."

Promotion auprès de divers publics

Les expositions, les concerts ou encore les pièces de théâtres organisés par AWSA-Be donnent lieu à la création d’outils pédagogiques utiles à l’éducation permanente. Les activités menées répondent à des demandes des écoles, d’associations de femmes, des maisons de quartiers, de jeunes...

Face aux demandes trop nombreuses, l’ASBL propose des formations aux outils pédagogiques pour les professionnel.le.s afin de : “développer une réflexion et transmettre toutes les références d’artistes, de féministes... que nous possédons.”

Le contenu permet ainsi d’ouvrir le champ culturel des références et engage l’importance des rôles modèles. Ces derniers sont définis comme des inspirations qui participent à la déconstruction des stéréotypes. Par exemple, selon une l’analyse FPS sur “La place des femmes dans les manuels scolaires d’Histoire : le cas de la Belgique” (2015), 3% des illustrations des manuels d’histoire représentent des femmes. Comment s’identifier, se projeter ou prendre modèle quand on est une fille ?

AWSA-Be a identifié cette problématique aussi dans la disponibilité de littératures arabes. L’ASBL a donc créé une bibliothèque d’auteur.rice.s des mondes arabes en français, anglais, arabe et néerlandais : “On s’est rendu compte que l’offre de lecture en arabe était très limitée. On la complète de manière bénévole, quand on part en vacances ou via nos membres.

L’intériorisation des stéréotypes dans le monde du travail

L’intériorisation des stéréotypes agit sur l’image de soi, sur sa confiance et donc sur sa façon d’appréhender le marché de l’emploi. Il était important, pour l’équipe d’AWSA-Be, de proposer quelque chose afin de briser ce schéma et de redonner confiance. Ainsi, est né le projet Ambition qui consiste en des week-end coaching avec des demandeuses d’emplois des mondes arabes. Alicia Arbid précise : “On va en profondeur sur les freins, les peurs, les croyances limitantes et en parallèle sur les talents et ce qu’on peut mettre en avant. On voit qu’il y a des vrais besoins de revalorisation de ces femmes. Une femme nous expliquait par exemple, que la personne qui l’accompagnait lui a demandé d’enlever l’arabe de son CV."

Toujours sur le principe du rôle modèle, l’équipe d’AWSA-Be souhaite mettre en place une campagne de valorisation des femmes du monde arabe actives professionnellement qui peuvent être inspirantes pour les étudiantes.

A.Teyssandier

Découvrez l’ASBL en vidéo :

- Lire aussi : Le Monde selon les femmes : une coopération Nords/Suds pour la cause féministe



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus