Manifestation de la santé : "Stop à la dégradation de nos conditions de travail !" (VIDEO)

Manifestation de la santé:

Ce dimanche 13 septembre, des milliers de manifestants se sont rassemblés dans le centre de Bruxelles à l’initiative de la Santé en Lutte, mouvement porté par et pour les professionnels de la santé. Infirmiers, sages-femmes, aides-soignants mais aussi patients, kinésithérapeutes ou encore travailleurs sociaux ont réclamé d’une seule voix un refinancement massif des soins de santé, l’engagement de plus de personnel ainsi que l’amélioration des conditions de travail.

[Témoignages de soignants :]
- Sam, infirmier : "Et toujours cette impression d’avoir mal travaillé..."
- "Soignants, sur une échelle de 0 à 10, à combien évaluez-vous votre douleur ?"
- Sophie, aide-soignante : "Nous sommes des bonnes à tout faire !"
- "J’ai travaillé comme infirmière à domicile et je me suis effondrée"
- Léa, sage-femme à l’hôpital : "Courir... encore et toujours courir !"
- "Je plains les infirmières qui débutent aujourd’hui leur carrière !"

[Edito de la rédaction :]
- Coronavirus : les soignants vont le payer cher et c’est insoutenable !

« Un an jour pour jour après la première assemblée générale de La santé en lutte, nous étions plus de 7000 personnes à manifester pour revendiquer un refinancement massif dans les soins de santé », a pointé le mouvement Santé en Lutte. Et de prévenir : « Nous ne les laisserons plus nous imposer une dégradation de nos conditions de travail. Nous ne les laisserons plus détruire la qualité des soins que nous donnons à la population. Nous ne les laisserons plus nous gérer à coup de tableaux excel et par le prisme d’une vision marchande aux conséquences mortelles. La santé est un bien précieux qui mérite amplement cette mobilisation. Protégeons ce bien commun des menaces de la privatisation ! »

Pour ce collectif de professionnels de la santé, le combat n’est pas près de s’arrêter. Il compte continuer à faire pression sur les autorités politiques afin de faire entendre la voix du terrain et ses exigences et d’obtenir des mesures ambitieuses. Pour rappel, les revendications du personnel sont le refinancement des soins de santé, l’engagement de plus de personnel, la revalorisation salariale de tous les métiers de la santé, l’amélioration des conditions de travail, la mise en place d’une politique d’attractivité pour les métiers de la santé ou encore la diminution de l’âge de la pension.

« Nous sommes déterminés à changer la logique et à lutter contre le monde marchand ! Et nous ne nous arrêterons que lorsque nous obtiendrons ce qui devrait être la norme : un financement pérenne des soins de santé et sa gestion par les travailleurs et les patients », a déclaré la Santé en Lutte. « La lutte, Notre lutte, commence aujourd’hui pour une durée indéterminée ! Notre lutte est destinée à la victoire parce qu’elle nous concerne toutes et tous, parce qu’elle est juste et parce qu’elle est belle ! A nos dirigeants, nous déclarons : Votre politique est destinée à disparaître parce qu’elle fait du tort au plus grand nombre et ne sert qu’une poignée de privilégiés ! Nous devons augmenter le rapport de force ! Et c’est pourquoi La santé en lutte appelle à une grande journée d’action et de grève de l’ensemble du secteur ! »

35 arrestations par la police

Dans la foulée de cette « grande manifestation de la santé », trente-cinq personnes ont été interpellées par les forces de l’ordre. « Plusieurs petits groupes ont tenté de poursuivre la manifestation et de relancer le cortège », a expliqué le porte-parole de la police, propos diffusé par le quotidien Le Soir. « Cela a conduit à des incidents mineurs, sans gravité. Nous avons toutefois dû intervenir plus fermement dans la rue de la Régence, où 32 personnes ont fait l’objet d’une arrestation administrative et trois d’une arrestation judiciaire en raison de leur résistance ».

Une situation qu’a dénoncé avec force les organisateurs de la manifestation. « Notre rassemblement s’est bien déroulé, nous avons respecté l’accord avec la police pour nous rassembler en groupes de 400. La police est ensuite intervenue de manière inimaginable contre le personnel soignant et ses soutiens. Nous ne comprenons pas pourquoi les forces de l’ordre nous ont attaqués alors que nous faisions paisiblement nos discours de fin sur la place de l’Albertine. Cette violence gratuite est injustifiée et inacceptable. »

Vidéo : extrait d’un discours d’une manifestante :



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus