Soins de santé : les nouvelles mesures Vivaldi

Soins de santé: les nouvelles mesures Vivaldi

Qui dit nouveau gouvernement dit nouvelles politiques. Quel est le projet fédéral concernant le secteur de la santé ? Voici les points-clés à retenir.

Le gouvernement Vivaldi a établi un volet sur la santé pour leur prochaine législature. Dans leur rapport, les formateurs mettent en avant leur objectif de réduire les inégalités de santé de 25% d’ici 2030 en termes d’espérance de vie ainsi que de réduire le taux de mortalité évitable de 15%.

En matière de refinancement des soins de santé, le gouvernement annonce une enveloppe de 1,2 milliards d’euros chaque année en plus de la hausse du budget qui passera à 2,5% en 2022 :

  • Les 402 millions d’euros pour les blouses blanches sont maintenus. Ce montant contribuera à la création de l’emploi et à l’amélioration des conditions de travail pour le personnel soignant ainsi qu’à la modernisation de la formation des infirmiers.
  • 600 millions d’euros seront régulièrement versés pour une meilleure rémunération, une diminution de la charge de travail et pour la formation permanente des soignants.
  • Une somme récurrente de 200 millions d’euros sera allouée aux soins de santé mentale.

La santé mentale

En ce qui concerne la santé mentale, le gouvernement se concertera avec les autres niveaux de pouvoirs ainsi qu’avec les acteurs de la santé pour développer certaines politiques comme la création d’équipes mobiles et de soins intensifs. L’accent est mis sur la qualité, l’accès aux soins (en ambulatoire et en institution) et l’accessibilité financière des soins de santé mentale. Les patients doivent recevoir un traitement équivalent aux soins somatiques.

Pour réaliser ces objectifs, l’INAMI (Institut national d’assurance maladie-invalidité) créera une commission de conventions transversales dans laquelle interviendront des psychologues cliniciens et des orthopédagogues cliniciens. Un contrôle de la qualité et de la professionnalisation des soins de santé mentale sera d’ailleurs établi.

Le financement des hôpitaux

Le gouvernement continuera les réformes initiées concernant le financement des hôpitaux. Il affirme une simplification et une transparence de ce financement qui pourrait en partie se passer au niveau des réseaux hospitaliers. Le financement nécessitera un budget pluriannuel pour des services de soins durables. Il faudra aussi examiner le financement des honoraires et à long terme, réduire les suppléments d’honoraires.

Les soins de première ligne

Le mot d’ordre est la revalorisation et le renforcement des soins de première ligne pour une meilleure structure et performance du secteur. Le financement des soins sera consacré à améliorer des enjeux comme la coopération, la prévention et l’action ciblée. Il faudra aussi promouvoir le rôle de prévention et d’observance thérapeutique des soins de première ligne. Une réforme de l’aide médicale d’urgence sera appliquée pour permettre au patient d’être transféré dans l’hôpital le plus adapté et non plus le plus proche.

La formation des soins

La révision de la loi (2015) sur les professions de la santé sera poursuivie. Il n’y aura pas de modifications dans la formation des étudiants en soins qui s’effectuera dans le cadre d’un enseignement professionnel supérieur. Néanmoins, le gouvernement tient à intégrer un stage contractuel durant la formation d’infirmier fin d’accroître l’attractivité du métier.

- [A lire] : Accord Vivaldi : que doit-on retenir des politiques choisies ?



Commentaires - 1 message
  • Euh des équipes mobiles... il y en a déjà.... depuis pres de 9 ans....

    ludovicdahlem vendredi 2 octobre 2020 22:01

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus