Une grève en vue dans les hôpitaux ?

Une grève en vue dans les hôpitaux ?

Un préavis de grève a été déposé dans les hôpitaux en front commun (CNE, SETca et CGSLB) pour le 17 juin. Les syndicats estiment que les autorités n’ont pas tenu leurs promesses alors que le personnel fatigue.

La crise du Covid a mis à l’épreuve les professionnels travaillant dans les hôpitaux. Exercer leur profession dans de bonnes conditions est en ce moment délicat : “Chaque fois, dès qu’une éclaircie est apparue, les impératifs économiques et médicaux ont maintenu une pression énorme sur le personnel pour “rattraper ce qui n’a pas pu être fait”, voire “récupérer les recettes perdues lors du report des prestations”, déclarent les syndicats au micro de la RTBF.

La logique marchande qui régit l’intégralité du secteur est aussi pointée du doigt : ”De nombreuses directions veulent retrouver rapidement une rentabilité économique via des programmes hyperchargés dans une série de services", déplorent les syndicats, qui précisent que les directions ne comptent pas engager d’étudiants pendant les vacances.

- Lire aussi : Le Fonds blouses blanches maintenu par la Chambre

Quels changements à l’horizon ?

Le budget est toujours en retard, selon Yves Hellendorf, secrétaire National Non Marchand à la CNE, alors que près de 400 millions d’euros ont été affectés suite au mouvement Blouses blanches : “Quand on regarde aujourd’hui la part de ces moyens qui sont réellement affectés à des emplois de soutien dans les unités de soin, c’est vraiment très peu par rapport au budget libéré”.

Les organisations syndicales regrettent également que rien n’ait encore été fait pour améliorer les conditions de travail du personnel hospitalier ; l’attractivité des métiers en prend ainsi un coup. “Ils ne s’intéressent qu’à la situation financière des hôpitaux qui n’a pas été facile à cause du Covid”, maintient Yves Hellendorf de la CNE à la RTBF. “Mais si on veut s’en sortir, il faut passer par une revalorisation des fonctions et une amélioration des conditions de travail. Sans cela, on maintiendra la pénurie et on restera dans le cercle vicieux”. A suivre...



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus