Centres de Planning familial : moins de concurrence, plus de contrôle

Centres de Planning familial: moins de concurrence, plus de contrôle

Un décret mettant en place un nouveau mode de financement et d’autres règles concernant les Centres de planning et de consultation conjugale (C.P.F.) a été approuvé mercredi.

Le projet de décret instauré par la ministre Eliane Tillieux, ministre de la Santé, de l’Action Sociale et de l’Egalité des chances a été approuvé par le Parlement wallon ce mercredi 22 janvier. Celui-ci remplace un mode de financement fondé sur une comptabilisation de chacune des activités, individuelles ou collectives, réalisées par chaque Centre.

Ce mode de financement, sur la base des activités réalisées, induisait une concurrence entre les C.P.F. et un surcroît de travail administratif tant pour les Centres que pour l’Administration chargée d’octroyer les subventions et de contrôler leur utilisation.

Subventions contrôlées

Le décret met en place un subventionnement en fonction des besoins réels des usagers. Il se fonde sur une évaluation, rigoureuse et indépendante, des besoins de la population et des réponses concertées à y apporter. Le dispositif prévu actualise également les profils professionnels des équipes.

Chaque C.F.P. bénéficiera dorénavant d’une subvention forfaitaire répartie sous forme de trois enveloppes : « Emploi », « Coordination » et « autres dépenses ». Ce mode de financement via l’octroi de subsides forfaitaires simplifie considérablement la gestion des subventions tant par les C.P.F. que par l’administration.

Modernisation et autres avancées

Le décret vise également la généralisation de l’Education à la vie relationnelle affective et sexuelle (EVRAS), promeut une dynamique de concertation institutionnelle et fonctionnelle entre CPF, programme l’offre de services et son évolution sur la base de besoins objectivés et enfin incite au maximum à l’utilisation des nouvelles technologies d’information et de communication (NTIC).

Eliane Tillieux souligne que « le texte du décret a été rédigé en parfaite concertation avec les Fédérations de Centres de planning et l’Administration wallonne. Il répond en outre aux recommandations de la Cour des Comptes.

Ce dispositif se veut dynamique, favorise la concertation et la collaboration entre les C.P.F. et place l’usager au cœur des préoccupations dans le respect des droits sexuels pour tous, de l’absence de discrimination entre les sexes et de la reconnaissance de la diversité des besoins."

(Communiqué de presse du cabinet Tillieux)

Ne ratez pas notre dossier de la semaine prochaine consacré à l’évolution de l’Education à la vie relationnelle affective et sexuelle (EVRAS) ! Plus d’info dès lundi !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus