Dès 2020, obligation d’engager uniquement des accueillantes salariées

Dès 2020, obligation d'engager uniquement des accueillantes salariées

A partir du premier janvier 2020, toute une série de services de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne pourront plus recruter des accueillantes d’enfants conventionnées. Ils devront engager uniquement des accueillantes salariées. L’Intercommunale sociale du Brabant wallon veut ainsi proposer un emploi à 23 accueillantes à domicile qui devront obligatoirement avoir le statut salarié.


- [A lire] : Accueillantes d’enfants : "Toutes salariées d’ici fin 2025 !"

« J’avais envisagé la carrière avant la réforme, mais j’ai vite reculé en découvrant les incertitudes sur le salaire quand un enfant ou moi-même allait tomber malade. Mais avec le statut de salarié qu’on nous propose désormais, je n’ai pas hésité. J’ai un emploi fixe, un salaire fixe, des congés payés. C’est la grande sécurité d’emploi. Et comme j’aime m’occuper d’enfants, j’ai beaucoup de chance », témoigne, dans les colonnes du Soir Julie Verdoy, accueillante salariée à Ramillies.

Ce nouveau statut est entré en vigueur en mai 2018, grâce à l’engagement d’Alda Greoli, à l’époque ministre de la Petite enfance à la Fédération Wallonie-Bruxelles. « J’ai rencontré des femmes qui pleuraient de joie et d’émotion car elles allaient pouvoir prendre leurs premiers congés payés après 20 ans de carrière », nous avait expliqué la mandataire politique en février dernier. « Ce sont des vrais droits sociaux auxquels elles ont dorénavant accès. Cela va aussi permettre d’avoir des parcours de vie différents. Un exemple ? Une accueillante pourra travailler chez elle durant plusieurs années puis postuler dans une crèche. C’est une avancée sociale fondamental. » Et ce n’est pas peu dire ! Depuis 2003, date d’entrée en vigueur d’une protection sociale pour les accueillantes conventionnées, la profession n’avait pas évolué…

- [A lire] : Greoli : "Bientôt 600 accueillantes d’enfants sous contrat de travail !"

« Le salaire de base est de 2.136 euros bruts par mois »

Après une année de test, les autorités ont pris la décision de pérenniser l’initiative. Aujourd’hui, l’objectif est double. Tout d’abord, à partir du premier janvier prochain toutes les nouvelles accueillantes seront engagées sous le statut salarié. Ensuite, celles qui sont déjà en fonction, progressivement, deviendront accueillantes salariées à l’horizon fin 2025.

La présidente de L’Intercommunale sociale du Brabant wallon, Anne Masson (MR), espère que le nouveau statut « permettra de créer des vocations, car nous allons recruter pour ce qui devient un réel métier d’avenir », note-t-elle au Soir.

Aurélie Gaziaux, cheffe du département des enfants de 0 à 3 ans à l’ISBW, conclut : « Le salaire de base est de 2.136 euros bruts par mois, avec pécule de vacances et prime de fin d’année, 26 jours de congé légaux plus 5 jours compensatoires car il faut assurer la garde des enfants pendant dix heures par jour. S’y ajoutent un forfait de 10 % du brut pour les frais de fonctionnement et des chèques repas. Et on s’occupe des inscriptions et de toute la gestion administrative, ainsi que des formations. Sans oublier qu’on prête tout le matériel de puériculture. Bref, les accueillant(e)s font partie d’une équipe ! »

- [A lire] : Kokcinelo : a-t-on trouvé la solution au manque d’accueillantes d’enfants ?



Commentaires - 2 messages
  • Je suis accueillante one à domicile sous statut depuis janvier 2019, et j'ai 2042 euros brut et non 2136 euros, 20 jours de congés + 5 jours et 4 jours compensatoires donc 29 jours en tout.... On m'a juste donné depuis 15 ans une chaise haute, un relax, un parc et un lit pliant (Je n'ai jamais rien eu d'autre) ... que je n'ai plus depuis, puisqu'il y a l'usure du temps etc... et j'ai dû racheter moi-même du matériel.... à part çà, même avec le statut, nous n'avons toujours pas de matériel lorsqu'il faut remplacer celui-ci... pas d'argent dans le service...
    Oui, nous avons 10 % pour les frais de fonctionnement... très peu à mon avis pour combler tous les frais, même si c'est un avancement...
    et enfin, nous n'avons pas de chèques repas....
    Aussi, je ne peux plus prendre de congés dans l'année comme je le désire, ils vont m'être imposés...me dit on... Cette année, du fait que nous avons un logement à l'étranger, nous partons hors saison, et nous essayons de partir 4 semaines... le service m'a déjà reproché de prendre autant hors saison, alors que j'y ai droit... sous prétexte que nous sommes payés en saison estivale et qu'il y a moins d'enfants (ce qui n'a pas vraiment été le cas pour moi, j'ai bien travaillé cet été, et mes parents étaient content que je puisse travailler et ne pas prendre de congés) ...
    Voilà, de belle avancées, oui, mais des promesses pas tenues... et une pression qui commence à se faire ... "veillez à être toujours bien complète, sinon on va vous retirer le statut, pas prendre ses congés hors saison, en tous les cas pas plus d'une semaine sinon, on va vous les imposer comme dans les crèches...."... voilà ce qu'on nous dit...
    Oui, salaire comme les puéricultrices en crèches, mais pas les mêmes responsabilités... pas le même temps de travail, ni le même travail, pas les mêmes frais, pas de poses parfois, surtout quand ce sont des petits qui arrivent etc.... ex : courses pour les petits (que je fais 2 fois par semaines), et travail du week end, pour laver et repasser les linges de lits etc...
    Voilà mon avis
    Merci de l'avoir lu...

    piloujo lundi 28 octobre 2019 10:14
  • Je suis accueillante one à domicile sous statut depuis janvier 2019, et j'ai 2042 euros brut et non 2136 euros, 20 jours de congés + 5 jours et 4 jours compensatoires donc 29 jours en tout.... On m'a juste donné depuis 15 ans une chaise haute, un relax, un parc et un lit pliant (Je n'ai jamais rien eu d'autre) ... que je n'ai plus depuis, puisqu'il y a l'usure du temps etc... et j'ai dû racheter moi-même du matériel.... à part çà, même avec le statut, nous n'avons toujours pas de matériel lorsqu'il faut remplacer celui-ci... pas d'argent dans le service...
    Oui, nous avons 10 % pour les frais de fonctionnement... très peu à mon avis pour combler tous les frais, même si c'est un avancement...
    et enfin, nous n'avons pas de chèques repas....
    Aussi, je ne peux plus prendre de congés dans l'année comme je le désire, ils vont m'être imposés...me dit on... Cette année, du fait que nous avons un logement à l'étranger, nous partons hors saison, et nous essayons de partir 4 semaines... le service m'a déjà reproché de prendre autant hors saison, alors que j'y ai droit... sous prétexte que nous sommes payés en saison estivale et qu'il y a moins d'enfants (ce qui n'a pas vraiment été le cas pour moi, j'ai bien travaillé cet été, et mes parents étaient content que je puisse travailler et ne pas prendre de congés) ...
    Voilà, de belle avancées, oui, mais des promesses pas tenues... et une pression qui commence à se faire ... "veillez à être toujours bien complète, sinon on va vous retirer le statut, pas prendre ses congés hors saison, en tous les cas pas plus d'une semaine sinon, on va vous les imposer comme dans les crèches...."... voilà ce qu'on nous dit...
    Oui, salaire comme les puéricultrices en crèches, mais pas les mêmes responsabilités... pas le même temps de travail, ni le même travail, pas les mêmes frais, pas de poses parfois, surtout quand ce sont des petits qui arrivent etc.... ex : courses pour les petits (que je fais 2 fois par semaines), et travail du week end, pour laver et repasser les linges de lits etc...
    Voilà mon avis
    Merci de l'avoir lu...

    piloujo lundi 28 octobre 2019 10:14

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus