Inclusion : que font les services d'appui à la formation professionnelle ?

Inclusion: que font les services d'appui à la formation professionnelle?

Le 24 janvier dernier, le collège de la COCOF a adopté un nouvel arrêté d’exécution du Décret Inclusion ! Il fixe les conditions d’activité et de subventionnement des Services d’appui à la formation professionnelle. Ceux-ci auront pour but d’accompagner la personne handicapée dans ses démarches de formation professionnelle.

Pour rappel, le Décret Inclusion, datant du 17 janvier 2014, visait à une amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées. Il avait vu le jour afin d’appliquer les grands principes prônés dans la Convention des Nations Unies aux droits des personnes handicapées (CDPH). En janvier, la COCOF a fixé les conditions d’activité et de subventionnement des Services d’appui à la formation professionnelle. Une initiative qui avait été prévue par le Décret Inclusion. Ces services ont pour objectif de soutenir les personnes handicapées quand elles intègrent une formation professionnelle organisée ou subventionnée par Bruxelles Formation.

- [A lire]  : Loi sur l’allocation pour personnes handicapées : anticonstitutionnelle selon les associations

Un accompagnement psychopédagogique individuel

L’une des missions des services d’appui à la formation professionnel sera de créer un système d’accompagnement psychopédagogique individuel. Cela dès la demande de recherche de formation et ce durant toute la durée de la formation. Cette mission se réalise à travers quatre actions différentes  :

- soutenir la personne handicapée dans les démarches qui lui permettent de prendre part à une formation

- en concertation avec l’équipe pédagogique, réaliser un bilan professionnel afin de déterminer un projet professionnel adapté aux besoins, aux aspirations et aux capacités de la personne handicapée et de proposer des aménagements raisonnables à mettre en œuvre dans le cadre de la formation

- élaborer un projet individualisé en concertation avec la personne handicapée et assurer la mise en œuvre de celui-ci

- évaluer de manière continue le projet individualisé et l’adapter, s’il échet, en fonction des besoins et des capacités de la personne handicapée

- [A lire]  : Encore trop peu d’accès à l’emploi pour les personnes aveugles ou malvoyantes

Coordonner, informer et médier

Le décret prévoit trois autres missions principales pour les services d’appui. Dans un premier temps, ils ont une mission de formation et de coordination des équipes pédagogiques. Ensuite, leur job est de communiquer avec les équipes pédagogiques sur les besoins spécifiques et les capacités de la personne handicapée ainsi que de sensibiliser, si nécessaire, les autres stagiaires au sein du groupe de formation. Finalement, ils doivent offrir une écoute à la personne handicapée ainsi qu’organiser des contacts ou des rencontres entre les parties concernées, si un problème survient.

Il existe aujourd’hui quatre Services qui mettent en œuvre ces missions : Le SABx, le SISAHAM, la Ligue Braille et Comprendre et Parler.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus