L’aide-soignant pourra bientôt prodiguer plus de soins aux patients

L'aide-soignant pourra bientôt prodiguer plus de soins aux patients

Les aides-soignants pourront bientôt poser des actes supplémentaires au bénéfice du patient, comme administrer des gouttes oculaires ou mesurer le taux de glycémie ou la tension. C’est ce qu’a décidé la ministre de la Santé publique, Maggie De Block. Les aides-soignants devront suivre une formation de 150 heures pour pouvoir poser ces nouveaux actes.

« Les aides-soignants sont toujours, et en tout temps, prêts à aider le patient. En élargissant leurs tâches, nous renforçons leur rôle : ils pourront d’ici peu assurer davantage de soins après délégation par un infirmier », annonce la ministre Maggie De Block (Open Vld). « Les aides-soignants voient ainsi leur compétences élargies, les infirmiers peuvent compter sur un meilleur soutien et le patient reçoit toujours les soins du professionnel de santé le mieux placé. »

Le bon professionnel de santé au bon endroit

À l’heure actuelle, 127.513 aides-soignants sont actifs dans notre pays. Ils travaillent au domicile des patients, en maisons de repos, dans les hôpitaux et autres institutions de soins. Aujourd’hui, ils peuvent assurer 18 tâches après délégation par un infirmier. Il s’agit par exemple d’assurer les soins d’hygiène aux patients, de prendre le pouls et la température corporelle, de prendre des mesures préventives contre les infections ou les escarres, etc.

Les aides-soignants pourront bientôt effectuer cinq actes supplémentaires : alimentation et hydratation par voie orale, enlèvement manuel de fécalomes, mesure de paramètres, administration de médicaments préparés par un infirmier ou un pharmacien et enlever et remettre les bandages ou les bas destinés à prévenir et/ou traiter des affections veineuses.

Maggie De Block explique : « Les aides-soignants se voient confier plus de responsabilités, et les infirmiers auront plus de temps disponible pour pouvoir mettre leurs connaissances et compétences plus spécialisées au service du patient. Nous pouvons ainsi répartir le personnel soignant là où il est le plus nécessaire. »

Formation complémentaire

Pour pouvoir poser ces nouveaux actes, les aides-soignants devront suivre 150 heures de formation. Un maximum de la moitié des heures supplémentaires seront effectuées dans le cadre d’un stage pratique. « Nous garantissons ainsi la sécurité et la qualité des soins au patient », pointe la ministre

Il revient maintenant aux entités fédérées d’adapter la formation de base de l’aide-soignant à partir du 1er septembre 2019 pour que l’ensemble des aides-soignants qui seront diplômés disposent à l’avenir des compétences appropriées. Les aides-soignants qui travaillent déjà devront suivre une formation complémentaire.

Paul Cappelier, président de la Fédération belge des Aides-soignants déclare : « Nous plaidions depuis longtemps pour l’élargissement des tâches de l’aide-soignant. C’est une bonne chose que cela soit à présent prévu. En concertation avec les partenaires sociaux et les établissements d’enseignement, nous allons maintenant concrétiser le contenu de la formation. »

Modernisation des soins infirmiers

L’AR qui élargit les tâches de l’aide-soignant sera publié le 18 mars 2019 au Moniteur belge. Après la transposition de la directive européenne relative à la formation des infirmiers et l’instauration d’un cadre légal pour l’infirmier de pratique avancée, il s’agit ici d’une nouvelle étape dans la modernisation du domaine des soins infirmiers.

Le Guide Social est également sur Facebook et Twitter. Pour être tenu au courant en temps réel des dernières offres d’emploi et actualités du secteur, c’est simple, il vous suffit de cliquer sur "J’aime" et sur "Suivre" !



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus