Tout le monde peut être visé par le RGPD !

Tout le monde peut être visé par le RGPD !

Une idée fausse circule selon laquelle seules les organisations qui disposent d’un site internet sont visées par le RGPD. Conséquence : des professionnels de la santé, notamment les logopèdes et les psychologues, ignorent qu’ils doivent se conformer à la législation européenne avant le 25 mai prochain. [Un article de Monasbl.be]

Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) entrera en vigueur le 25 mai prochain. D’ici là, toutes les organisations qui traitent de données personnelles devront s’y conformer.

La société Diva-Techonologies, qui accompagne les organisations dans la mise en place du RGPD, met en garde contre une idée fausse selon laquelle le règlement européen ne concerne que les organisations qui ont un site internet.

Qui est concerné par le RGPD ?

Il est donc important de rappeler que toutes les organisations (ASBL, entreprises, indépendants, commerçants, école...) sont concernées par le RGPD à partir du moment où elles traitent des données personnelles :

- un nom ;
- un numéro d’identification ;
- des données de localisation ;
- un identifiant en ligne (adresse IP, même dynamique, cookies, etc.) ;
- une adresse postale ;
- une adresse électronique ;
- un numéro de téléphone ;
- etc.

Ainsi, une ASBL peut être soumise au RGPD même si elle n’a pas de site internet. Il en est de même pour les indépendants !

Toutefois, il faut noter que si vous possédez un site web, vous devrez adapter la gestion de votre CMS pour être conforme au RGPD.

- [A lire] : RGPD, ça concerne aussi les kinésithérapeutes !

Un manque d’information

Diva-Techonologies déplore également le manque de communication et de sensibilisation de la part des associations et fédérations de professionnels de la santé, et plus particulièrement les logopèdes et psychologues. « Vérification faite, nous constatons qu’il ne semble pas y avoir de relais (ou pas suffisant) du côté des organisations et fédérations de ces deux métiers. Nous avons pourtant contacté à plusieurs reprises ces associations et fédérations, mais sans avoir de réponse ou accusé de réception », explique Diva Technologies.

Lire la suite de l’article sur monasbl.be



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus