Les soins de 1ère ligne favorisés

26/07/01

Les patients ont pris l’habitude d’aller plus souvent dans un service d’urgence d’un hôpital alors qu’ils pourraient aller chez un généraliste. Et un maintien à domicile, s’il est possible, coûte également beaucoup moins cher à l’Etat qu’une hospitalisation.
C’est pourquoi Fédéral, Régions et Communautés ont signé ce 25/7 un protocole d’accord afin de favoriser les services de première ligne et les soins ambulatoires de proximité : médecins généralistes, infirmières à domicile, kinés, logopèdes, aides familiales, services sociaux, etc.

Le protocole prévoit la structuration du secteur par la création de services intégrés de soins à domicile (SID), à raison d’un pour environ 70.000 habitants. Ils seront chargés d’assurer la concertation des acteurs de terrain et à évaluer d’une manière pluridisciplinaire le degré d’autonomie des patients. Ces SID seront intégrés aux services déjà existants (coordination de soins à domicile p.e.) et seront financées, ce qui n’était pas le cas jusqu’ici. Mais les normes et le mode de financement devront encore être spécifiés dans un accord de coopération.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus