Les surveillants dans l’enseignement reconnus comme éducateurs

Les surveillants dans l'enseignement reconnus comme éducateurs

Mercredi 3 juin, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a adopté un arrêté venant compléter le « Pacte d’excellence ». Cet arrêté concerne les surveillants de l’enseignement secondaire : il vise à reconnaître la profession avec un statut d’éducateur. Une mesure qui valorise la fonction socio-pédagogique de ces travailleurs.

« Enfin une forme de reconnaissance d’une réelle identité professionnelle », s’est réjoui Francis Mulder, coordinateur du Collectif de réflexion des éducateurs en milieu scolaire, dans les colonnes du journal Le Soir. Manque de reconnaissance, de légitimité aussi : jusqu’alors 4.000 surveillants de l’enseignement secondaire, les fameux « pions », souffraient de ces maux. Le décret vient réparer cette injustice et donner la reconnaissance à ces éducateurs.

- [A lire] : Non, tout le monde ne peut pas être éducateur

Une spécificité enfin reconnue

Dès la rentrée de septembre 2019, le nouveau statut s’imposera à la totalité des établissements de la Communauté française. Concrètement, les professionnels vont se voir doter d’un statut définissant leur rôle comme complémentaire à celui des enseignants. Le collectif de réflexion des éducateurs en milieu scolaire a déclaré au journal Le Soir, « C’est une réelle avancée, une forme de reconnaissance d’une réelle identité professionnelle ». Car oui malheureusement, dans l’imaginaire collectif sociétal, le « pion » est là pour surveiller la cour de récréation le temps des quelques minutes de pause. Ce nouveau statut d’éducateur va donc reconnaître les missions de médiation, de dialogue et de sécurité envers les enfants et l’espace de l’école secondaire. Le statut va dans le sens de l’évolution de la profession qui a de plus en plus de problématiques liées à sa condition. Le décret stipule également que désormais les éducateurs seront présents dans les conseils de classe.

- [A lire] : Educateur spécialisé : couteau suisse mal considéré

Une profession qui fait face à de nouveaux enjeux

Dans nos sociétés occidentales, les métiers suivent le temps et ne ressemblent que très peu à hier. La profession de surveillants a vu au fur et à mesure de nouvelles problématiques venir taper à sa porte. Les éducateurs d’écoles secondaires doivent de plus en plus jouer un rôle de prévention face aux violences, aux multiples formes de harcèlements et aux dangers des réseaux sociaux. La période de l’enfance et de l’adolescence est une période compliquée en termes d’équilibre, de psychologie ainsi que d’épanouissement pour les enfants. Il est donc salvateur et important que les professionnels bénéficient d’un statut d’éducateur pour reconnaître leur travail qui doit être à la fois de la prévention, de la médiation et de la psychologie.

Comprendre les enfants et leurs familles pour mieux les accompagner durant cette période, c’est la vocation première des éducateurs et des travailleurs socio-éducatifs. La moindre des choses était donc de reconnaitre le travail effectué et leur rôle dans le processus de construction des plus jeunes.

B.T.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus