Plus de droits pour les parents d'enfants handicapés

Plus de droits pour les parents d'enfants handicapés

Lundi 29 janvier, lors du Conseil National du Travail, les partenaires sociaux ont décidé d’élargir le congé de soins pour les parents d’enfants en situation de handicap. Cet accord a été permis par l’octroi d’une somme de 1.6 million d’euros résultant de l’enveloppe bien-être.

Suite au Conseil National du Travail, la Fédération des entreprises de Belgique (FEB), la Fédération générale du travail de Belgique (FGTB) et la Confédération des syndicats chrétiens (CSC) ont annoncé une extension des critères permettant aux parents d’enfants handicapés d’obtenir un congé de soins. La notion d’enfant handicapé et le crédit-temps pour soins seront donc élargis et les allocations d’interruption augmentées.

Plus de bénéficiaires

Avec ce nouvel accord, la CSC indique qu’un "plus grand nombre de parents bénéficieront de droits plus étendus". En effet, la notion d’enfant handicapé est élargie puisque ce ne sont plus seulement les incapacités physiques graves qui seront prise en compte mais aussi "la participation et l’autonomie de l’enfant ainsi que la charge familiale". Il sera aussi possible de prendre le congé de soins jusqu’à l’âge de 21 ans, au lieu de 12 ans pour le congé parental et 8 ans pour le crédit-temps.

De nouvelles règles pour les allocations d’interruption

Si les droits et le nombre de parents bénéficiaires sont étendus, c’est aussi le cas des allocations d’interruption. Ainsi, les parents isolés qui interrompront leur carrière dans le cadre d’un congé parental, palliatif ou pour assister un enfant gravement malade pourront bénéficier d’une augmentation de 14% de leur allocation. La discrimination liée à l’âge du parent est également supprimée puisque les parents isolés à partir de 50 ans ne devraient plus recevoir un montant inférieur à celui des parents de moins de 50 ans.

Quand ces mesures seront-elles mises en place ?

Dans leurs communiqués, la CSC et la FGTB demandent au gouvernement de "mettre en œuvre le plus rapidement possible" ces accords. L’augmentation des allocations d’interruption pourrait ainsi entrer en vigueur le 1er avril.

[A Lire]

- Un appel à projet pour les fratries de jeunes avec handicap
- Une aide personnalisée pour chaque personne porteuse d’un handicap, le rêve !
- Un Plan transversal autisme : un (premier) pas vers l’inclusion ?



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus