Repérer les maladies mentales : "Et si on formait les enseignants ?"

Repérer les maladies mentales:

Échevin, président des Jeunes cdH et patron d’entreprise : à 31 ans, Christophe De Beukelaer vient de rajouter une nouvelle corde à son arc, celle de député bruxellois. Le mandataire cdH nous livre ses priorités concernant les aînés, les personnes en situation de handicap, les professionnels du secteur de la santé mentale ainsi que les maisons médicales. Interview.

Guide Social : Que proposez-vous pour améliorer l’accueil et la prise en charge des personnes âgées ?

Christophe De Beukelaer : La priorité est l’assurance-autonomie. Le politique doit permettre aux aînés de choisir leur lieu de vie. C’est essentiel pour une vie digne. L’assurance-autonomie doit permettre de couvrir la totalité des frais inévitables de maintien à domicile des aînés. Il faut aussi augmenter les places disponibles en maisons de repos pour ceux qui font ce choix-là. Par ailleurs, je pense qu’on a tout à gagner à inciter les maisons de vie intergénérationnelle ou les partenariats crèches-maisons de repos. Pourquoi ne pas systématiser la présence de crèche à côté des maisons de repos ?

- [A lire] : "Il faut revoir le financement des services de santé mentale"

G.S. : Quelles sont vos priorités pour améliorer la prise en charge ainsi que l’inclusion des personnes en situation de handicap ?

C.DB. : Pour l’inclusion, il faut prévoir les infrastructures adéquates, mais aussi et surtout favoriser une intégration dans l’enseignement et dans le monde du travail. A l’école par exemple, je trouve préférable d’avoir des classes différenciées au sein d’une même école, plutôt que des écoles différentes. En ce qui concerne la prise en charge, une des priorités du cdH est de soutenir les aidants proches. Aujourd’hui en Belgique, 9% de la population prodigue des soins ou de l’aide de manière informelle. Il faut améliorer leur statut en garantissant une reconnaissance concrète, l’accès aux droits sociaux... Pour citer un exemple concret, aujourd’hui des jeunes ont des difficultés à jouer entre les cours et leur volonté d’aider leurs proches. Des aménagements raisonnables sont possibles ! Il faut aussi développer le soutien de professionnels, en refinançant notamment les services des soins à domiciles, les services d’assistances.

Inclusion des personnes en situation de handicap : "Je trouve préférable d’avoir des classes différenciées au sein d’une même école, plutôt que des écoles différentes"

G.S. : Comment améliorer le travail mené par les professionnels du secteur de la santé mentale ?

C.DB. : Deux éléments me semblent importants. Premièrement, créer la possibilité d’une prise en charge et d’une structure adaptée. Chez les jeunes par exemple, il y un mix entre les secteurs du handicap, de la santé mentale et de l’aide à la jeunesse. Il faut des structures spécifiques ! La prison est un autre exemple : combien de personnes souffrant de problèmes mentaux se retrouvent sans aucun suivi derrière les barreaux ? Deuxièmement, il faut favoriser une prévention et une détection précoce des problèmes mentaux. Beaucoup de maladies mentales sont détectables jeune, pourquoi ne pas intégrer quelques notions médicales dans la formation initiale des enseignants pour favoriser la détection et ainsi aider le travail des professionnels de la santé par après ?

- [A lire] : Laurent Heyvaert, député wallon et ancien assistant social

G.S. : Êtes-vous prêt à soutenir la création de nouvelles maisons médicales à Bruxelles ?

C.DB. : Oui, avec priorité là où l’offre est faible. Nous voulons améliorer l’accès aux soins médicaux. Il faut des infrastructures d’accueil, notamment l’accueil de première ligne (kinés, médecins, dentistes…). Mais il faut que ça aille de pair avec un nombre suffisant de médecins, et pour ça, il faut supprimer le contingentement INAMI pour les médecins et dentistes formés en Belgique. Le cdH a toujours lutté pour ça.

E.V.

Découvrez ses propositions concernant les asbl sur le site de Mon Asbl.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus