Insertion socio-professionnelle : "40 ans d’expertise bafoués !"

Insertion socio-professionnelle:

Déposé le 16 novembre 2018, le projet d’arrêté mis aujourd’hui sur la table du gouvernement wallon concerne les CISP, les MIRE, les SAACE et les structures agréées dans le cadre du PMTIC. Il met en place une série de règles sur les dépenses qui seront reconnues comme éligibles dans ces différents secteurs. "40 ans d’expertise et de professionnalisme du secteur de l’insertion socio professionnelle bafoués et mis au rebus par le Ministre Jeholet", déplore le SETCa Non Marchand. Voici leur communiqué de presse !

Par le biais de ce projet d’arrêté mais aussi de bien d’autres mesures, viabilité financière, complexification administrative, limitation de l’autonomie, rétroactivité des mesures, atteinte à la vie privée, réduction de l’offre de formation, etc. sont pour l’heure au programme du gouvernement wallon. En effet, guide des dépenses éligibles, dossier unique du demandeur d’emploi, nouveaux arrêtés liés au décret CISP, tous ces projets menacent les travailleurs du secteur de l’insertion socio professionnelle et l’avenir des demandeurs d’emploi peu qualifiés.

Au nom du principe de contrôle du bon usage des deniers publics, le Ministre Jeholet et le gouvernement wallon mettent tout le secteur en danger et créent une réalité de mise en faillite de nombreuses associations.

- [A lire] : Les centres d’insertion socio-professionnelle sont en grève !

Le projet d’arrêté met en difficulté tout le secteur

Le secteur s’adresse aux personnes les plus fragilisées de notre société, celles qui sont les moins qualifiées et les plus éloignées de l’emploi. Il est l’un des derniers remparts qui permet aux plus fragiles et aux plus démunis de ne pas entrer dans la spirale de l’échec et de l’exclusion. Le ministre les fustige et les renvoie à l’exclusion pure et simple !

Le projet d’arrêté sur les dépenses éligibles met en difficulté tout le secteur en lui interdisant toute ressource complémentaire, en limitant les dépenses reconnues, en limitant les dépenses de personnel aux minimum reconnu au sein de la commission paritaire, en alourdissant les démarches administratives et en ne proposant pour toute forme de répartition que l’arbitraire et la rentabilisation des services.

Il fait fi de toute la raison d’être du secteur en ne tenant pas compte des publics les plus fragilisés et de leurs problématiques spécifiques. Il méprise et renvoie à la pure logique des lois du marché les milliers de travailleurs de secteurs, qui depuis de nombreuses années ne comptent pas leurs efforts pour apporter aux plus faibles leurs services, leur engagement et leurs capacités professionnelles.

Avant que le projet ne tombe et pour éviter la mort du secteur, les représentants des employeurs se sont rendus au cabinet du Ministre pour un ultime appel à la raison et lui ont remis des propositions dans ce sens.

Le SETCa s’associe à cette démarche et rappelle au Ministre les nombreuses mobilisations communes pour arrêter cette politique de l’exclusion des plus fragiles et la mise à mal des services public et des secteurs du non marchand.

- [A lire] : Nouveau visage pour l’insertion socio-professionnelle en Wallonie

Méconnaissance et mépris du Ministre

Le secteur de l’insertion socio professionnelle est le fruit d’une longue réflexion et d’une longue pratique de l’aide aux personnes les plus fragilisées et les plus en difficultés. La méconnaissance et le mépris du Ministre quant aux valeurs portées par ce secteur sont une insulte aux institutions et à leurs travailleurs.

C’est une nouvelle zone d’exclusion et de pauvreté qu’organise ainsi le Ministre. C’est son mépris total pour l’expertise des travailleurs du secteur et des porteurs de projets qui veulent un accompagnement efficace, digne et humain qu’exprime ainsi le Ministre Jeholet.

Lorsque celui-ci refuse de prendre en compte la spécificité des services et n’a pour repère d’analyse que les calculs froids et figés d’une calculette, il sonne le glas de toutes les solidarités !

Il porte aux nues les conceptions de rentabilisation de la mise à l’emploi dans un marché du travail qui tous les jours ferme et délocalise des activités pour permettre aux plus riches de faire encore plus de profit. C’est sa volonté de limiter le champ d’action du non marchand en lui attribuant des références de marché pur que concrétise ainsi le Ministre Jeholet.

Au-delà des orientations techniques derrière lesquelles se réfugie le Ministre, c’est bel et bien une question profondément politique à laquelle doit aujourd’hui se confronter la Région Wallonne. C’est l’enjeu des réponses aux questions de fragilisation d’une partie de la population et du regard posé sur la pauvreté qui est sous nos yeux.

SETCa Non Marchand



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus