Les soins de santé en prison dénoncés

Les soins de santé en prison dénoncés

La situation des soins de santé dans les prisons belges est alarmante. C’est le signal que lancent des organismes et citoyens. Ils demandent notamment un transfert de compétences des « soins de santé des détenus » de la Justice vers la Santé.

- Soins de santé en prison : à quand une nouvelle politique carcérale ?

- Prisons : Comment prendre en charge les détenus déficients mentaux ?

Près de 12 000 personnes sont détenues dans les différents établissements pénitentiaires du pays. A la surpopulation souvent dénoncée dans les médias, s’ajoute la question sanitaire, déplorable dans les prisons. La Concertation Assuétudes Prisons Bruxelles a voulu interpeller les responsables politiques sur cette question avec une lettre déjà signée par 74 organismes et près de 800 personnes, médecins, professionnels du secteur psycho-médico-social ou citoyens.

Situation sanitaire dramatique

« S’il y a un manque de données épidémiologiques quantitatives et qualitatives », rapporte l’Appel, le constat est là, rapporté par des professionnels de la santé en prison : «  la réalité sanitaire des prisons belges est inquiétante  ». Ainsi, le manque d’exposition au soleil, l’enfermement peuvent provoquer des maladies diverses comme l’ostéoporose, mais aussi des troubles oculaires ou dentaires. L’univers carcéral s’avère aussi propice au développement de maladies mentales et la population carcérale est considérée à haut risque de consommation de substances psychotropes. On oubliera pas non plus la présence accrue de virus du sida et de l’hépatite C en milieu carcéral. Sans oublier que les personnes enfermées constituent déjà un public vulnérable avant leur arrivée en prison.

Manque criant de personnel soignant

Les associations ne sont pas les seules à tirer la sonnette d’alarme. «  Le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains et dégradants du Conseil de l’Europe (CPT) doit régulièrement rappeler à la Belgique l’intérêt d’une présence continue d’un infirmier dans les établissements  », rappelle ainsi la lettre. Et d’ajouter, « en 2010, le CPT notifiait encore à la Belgique un quatrième rapport sans concession, déplorant notamment le manque criant de personnel soignant face à l’ampleur des besoins, une formation parfois inadaptée du personnel médical et la mauvaise qualité des soins dentaires ».

Message aux élus

Pour améliorer la situation sanitaire, les signataires demandent que les soins de santé en prison relèvent de la responsabilité des SPF Santé publique et SPF Sécurité sociale. Ils exigent aussi que les détenus soient réintégrés dans le système de sécurité sociale. Car si actuellement, la loi reconnaît aux personnes incarcérées le droit de recevoir des soins équivalents à ceux dispensés dans la société libre. au moment de son incarcération, le détenu quitte le système de l’assurance soins de santé obligatoire (INAMI) et passe sous la tutelle du Ministère de la Justice. Ils demandent également une politique sanitaire efficace et des moyens suffisant pour les aux médecins et au personnel médical « actuellement obligés de pallier par des pratiques innovantes au manque flagrant de moyens dont disposent leurs services ». Un appel qui, les signataires l’espèrent, devra être entendu par le prochain gouvernement.

Pour lire (et éventuellement) signer le document : http://www.atsp.be/

Lire aussi : Fin de la grève pour les médecins des prisons

Manon Legrand

N’hésitez pas à participer, commenter et réagir sur nos réseaux sociaux ou Forum.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus