Inauguration de la première Maison de l’Adolescent à Bruxelles

Inauguration de la première Maison de l'Adolescent à Bruxelles

Ce jeudi 9 mai, un nouveau lieu dédié à la jeunesse a ouvert ses portes en plein cœur de Laeken : la MADO NORD. Structure d’accueil, d’écoute et d’accompagnement multidisciplinaire, cette première Maison de l’Adolescent de la capitale s’adresse aux jeunes de 11 à 22 ans, à leurs familles et à leurs proches ainsi qu’aux professionnels du secteur.

[DOSSIER]
- C’est officiel : Liège va avoir sa Maison de l’Adolescent
- Projet d’arrêté "MADO" : l’avis de l’Inter-Fédérations de l’Aide à la Jeunesse

Le concept n’est pas neuf en Wallonie. Rachid Madrane, ministre de l’Aide à la jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a ainsi développé son « bébé » à Charleroi tout d’abord puis à Mons ou encore à Namur. Par contre, l’initiative n’avait pas encore dépassé la frontière de la région du sud du pays pour débarquer dans la capitale… C’est aujourd’hui, chose faite ! En effet, la toute première Maison de l’Adolescent bruxelloise, appelée la MADO NORD, a été officiellement inaugurée ce 9 mai, au 114 de l’avenue Emile Bockstael à Laeken.

Tout rassembler en un seul lieu

Suite à une étude de l’offre des services existants et des besoins des jeunes en la matière à Bruxelles, le CPAS de la ville de Bruxelles, qui porte le projet, a choisi d’implanter la structure spécifiquement dans ce quartier de Laeken. Pourquoi ? « Car les constats partagés par les acteurs de terrain et des études révèlent une population précarisée en augmentation et rajeunissant, principalement dans les quartiers nord-ouest de Bruxelles. Cette population a besoin de repères et de réponses concrètes à ses difficultés », ont noté d’une seule voix les initiateurs du projet.

- [A lire] : La MADO de Mons devient une référence pour le secteur jeunesse

Malgré la diversité de l’offre, il n’est pas toujours évident pour les jeunes d’identifier les services adaptés à leurs besoins. L’offre est souvent décentralisée et les disciplines cloisonnées. De plus, il existe peu de continuité dans la prise en charge et/ou les soins des jeunes entre les différents services. Pour changer la donne, la MADO NORD réunit donc en un seul endroit plusieurs services pouvant répondre aux besoins de jeunes bruxellois. Pour ce faire, elle accueille une équipe pluridisciplinaire composée d’une coordinatrice, d’un agent administratif, d’une psychologue, d’une assistante sociale et finalement d’un éducateur.

« Dans mon entrée en fonction, j’ai voulu essaimer ce modèle innovant qui fait travailler en réseau tous les services susceptibles d’apporter une aide à nos adolescents », pointe Rachid Madrane. « A cet âge, on peut être confronté à de multiples difficultés. C’est important que le jeune n’ait qu’une seule porte à pousser pour trouver une écoute et une aide. »

- [A lire] : Vers des structures innovantes pour l’Aide à la Jeunesse

Un réseau qui dépasse les murs

La Maison pour Adolescents peut aussi compter sur un large réseau de partenaires, extérieurs ou présents dans les locaux de la MADO lors de permanences. « Cette pluridisciplinarité et cette complémentarité des acteurs réunis en un lieu unique permettent une approche globale et facilitent le trajet du jeune en difficulté. La création de la Maison de l’Adolescent trouve tout son sens dans le paysage associatif laekenois. Grâce à sa capacité à rassembler plusieurs professionnels autour du jeune et de sa famille, elle pourra apporter les informations dont ils ont besoin et les orienter vers les services spécialisés », souligne Karine Lalieux, présidente du CPAS de Bruxelles.

A noter qu’une autre Maison de l’Adolescent devrait bientôt ouvrir ses portes à Bruxelles. Après le côté nord de la capitale, Rachid Madrane s’attaquera au sud, en ouvrant une MADO sur la commune de Saint-Gilles. Histoire de couvrir tout le territoire.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus