Missions, formation, débouchés… : découvrez le métier de naturopathe

Missions, formation, débouchés... : découvrez le métier de naturopathe

La naturopathie ne peut se confondre à la médecine conventionnelle mais peut en être un complément. Son objectif est de stimuler les capacités de guérison inhérentes du corps, de rendre les individus responsables de leur santé en les éduquant à des modes de vie favorisant la santé. Fatiha Aït Saïd, directrice de l’Institut Supérieur de Naturopathie Traditionnelle (ISNAT), nous a apporté son regard d’experte sur les informations utiles (formations, législation, débouchés...) à avoir concernant l’exercice de cette médecine traditionnelle.

Après 20 ans passés à la tête de l’Union des Naturopathes de Belgique, Fatiha Aït Saïd est aujourd’hui directrice de l’Institut Supérieur de Naturopathie Traditionnelle (ISNAT) qu’elle a fondé en 2012. Passionnée par cette médecine traditionnelle, elle nous éclaire à la lumière de ses nombreuses connaissances.

- Notre rubrique "fiche métier" dédiée aux professions de la santé et du social

La naturopathie qu’est-ce que c’est ? Le Vis medicatrix naturae

La naturopathie met l’accent sur la prévention, le traitement et la promotion de la santé optimale grâce à l’utilisation de méthodes thérapeutiques et de modalités qui favorisent le processus d’auto-guérison, le vis medicatrix naturae, selon le référentiel pédagogique de l’OMS relatif à la formation professionnelle de naturopathie (Benchmarks for Training in Naturopathy, WHO, 2010).

Fatiha Aït Saïd, directrice de l’Institut Supérieur de Naturopathie Traditionnelle (ISNAT), nous confie : “L’éducation à la santé et la prévention sont au cœur de notre métier. Notre méthodologie de travail, c’est la démarche préventive.” Mais, il y a autant de demandes que de patient.e. “Il y a deux sortes de patientèle. La première est qui vient chercher à intégrer un certain mode de vie sain au quotidien. La deuxième concerne des patient.e.s qui font face à l’échec de la médecine conventionnelle et qui viennent donc rechercher des solutions différentes.”

En pratique, lors d’une première consultation, le naturopathe réalise un bilan naturopathique personnalisé comprenant un examen biophysique et une anamnèse pour évaluer la vitalité et le terrain (surcharges, points forts et points faibles) ainsi que le mode de vie et les antécédents personnels voire familiaux. A partir de ce bilan de vitalité, il propose des modifications progressives de l’hygiène de vie en étant à l’écoute des besoins du patient.e, sur les différents plans : physique, vital, émotionnel, mental, spirituel, etc. (approche holistique).

Pour ce faire, plusieurs processus sont mis en œuvre : la stimulation des capacités de guérison inhérentes du corps, le traitement naturel de toute la personne, la responsabilité personnelle de sa santé et l’éducation des patient.e.s dans les modes de vie favorisant la santé. Elle vise l’écologie de la santé par l’éducation à la santé naturelle dans le but de rendre autonome le.la consultant.e dans la gestion de sa santé au quotidien. Chaque cas est unique et se voit octroyer un programme individualisé. “La naturopathie permet de prendre le temps avec le.la patient.e. On réalise un bilan approfondi à partir duquel s’élabore un programme d’hygiène vital individualisé que le.la patient.e peut appliquer au quotidien. Rendre autonome nos patient.e.s est un de nos objectifs”, précise Fatiha Aït Saïd.

Naturopathe : conseiller.ère et accompagnant.e

Le rôle du.de la naturopathe est de conseiller et d’accompagner les personnes pour entretenir et améliorer leur santé, ce qui favorise les processus d’autoguérison ou a minima l’amélioration de la qualité de vie aussi en cas de troubles fonctionnels ou de maladies chroniques. Apprendre l’hygiène de vie par le recours de méthodes naturelles est utile pour tou.te.s.

“On n’est pas dans l’urgence médicale.” Là est la différence avec la médecine réglementée. En effet, aider à guérir ou soigner un problème de santé est réservé exclusivement aux professions encadrées par la Loi relative à l’exercice des professions de santé (Loi LEPS) qui précise que tout ce qui n’est pas explicitement autorisé est interdit et donc passible de poursuites pénales.

Cependant, l’OMS reconnaît la possible intervention des médecines, qu’elle dénomme médecines traditionnelles et complémentaires, pour des maladies chroniques. Le.la naturopathe reçoit des personnes souffrant de troubles chroniques diagnostiqués par leur médecin mais qui n’exigent pas de soins allopathiques impératifs : troubles de la digestion, du sommeil, de la circulation, douleurs au dos, problèmes de peau, stress, allergies, surpoids, etc. Le naturopathe ne pose en aucun cas un diagnostic médical, son intervention est complémentaire à celle des partenaires médicaux et paramédicaux.

- Lire aussi : Devenir sophrologue : Sahar Lahab livre son parcours

Les formations

Il est important de savoir que le diplôme de naturopathie n’est pas reconnu en Belgique. Il n’est pas pour autant interdit d’exercer : il convient d’être en ordre d’inscription à la Banque Carrefour des Entreprises (BCE) et de souscrire à une assurance en responsabilité civile professionnelle couvrant toute la pratique naturopathique. Actuellement, seuls les professionnels UNB ont une couverture d’assurance en responsabilité civile professionnelle adéquate, avec aucun sinistre enregistré depuis la fondation de l’UNB en 2001.

Fatiha Aït Saïd a œuvré pendant de longues années en tant que présidente de l’Union de Naturopathes Belges (UNB), union professionnelle reconnue depuis 2008, afin d’obtenir l’agrément d’organisation professionnelle. L’UNB a ainsi introduit deux recours en annulation en janvier 2016 et en mai 2018 avec arrêts du Conseil d’Etat annulant les deux décisions de refus d’agrément de l’ex-ministre fédéral de la santé. Cela ne signifie pas pour autant que la reconnaissance est acquise ! Le conseil d’Etat ne pouvant pas se substituer au pouvoir exécutif dévolu à la ministre, au gouvernement….

La directrice insiste “Le.la naturopathe doit connaître l’ensemble des différentes spécificités des autres médecines conventionnelles ou non, afin de réorienter le patient vers d’autres praticiens de santé, en fonction de ses besoins."

Pour obtenir plus d’infos sur les formations, consultez le site officiel de l’Union des Naturopathes de Belgique, en cliquant sur ce lien.

Et après ?

Après une formation de conseiller.ère, il est possible d’exercer dans des boutiques ou magasins de produits naturels, en tant que massothérapeute indépendant.e en cabinet ou en centre de bien-être, d’hydrothérapie, d’esthétique ou encore en tant que conseiller.ère en prévention santé dans tous milieux (entreprise, comité d’entreprise, centre de soins de santé naturels ou d’esthétique, etc.).

La plupart du temps, après l’obtention du certificat de naturopathe, les personnes se tournent vers le statut d’indépendant. Il.elle reçoit en cabinet privé, seul ou avec d’autres praticiens du domaine du bien-être et de la santé. “En tant qu’indépendant.e les démarches à suivre sont les mêmes que pour tout.e.s indépendant.e.s. Il faut avoir une formation en gestion ou un diplôme universitaire et une couverture en responsabilité civile professionnelle. Et bien sûr, s’être déclaré.e à la banque carrefour professionnelle.”

Naturopathie et médecines conventionnelles : une vision différente

Pour Fatiha Aït Saïd, la différence entre médecines conventionnelles et traditionnelles se concentre autour des buts poursuivis par chacune d’entre elles. “La médecine conventionnelle a une visée anti-symptomatique et va soigner par le biais de traitements chimiques ou de thérapies géniques. L’hygiène de vie n’est pas prise en considération. L’approche naturopathique agit sur les causes de ces symptômes, nous sommes dans une démarche holistique. On a recours à des traitements naturels, qu’on inscrit dans une hygiène de vie globale, tout ça dans une démarche qui vise à rendre le.la patient.e autonome.”

L’écoute et l’observation, des qualités essentielles

Fatiha Aït Saïd exerce le métier de naturopathe depuis bientôt 30 ans et sa passion est intacte. C’est d’ailleurs ce qu’elle considère être comme une des qualités essentielles pour se lancer dans ce champ de la médecine “Il faut être passionné.e, avoir la naturopathie comme mode de vie pour être cohérent. Sinon, ça ne marche pas. Il faut également beaucoup de rigueur et respecter son champ de compétences. Il est important, comme dans beaucoup de métiers, de reconnaître et assumer ses doutes, d’être dans un processus d’auto-critique.”

La rencontre avec l’autre se réalise à travers l’écoute de son récit de vie, de ses problématiques et de sa demande, ainsi la directrice de l’ISNAT préconise d’avoir et/ou développer “un bon esprit d’analyse et de synthèse ainsi qu’une écoute attentive et empathique. Il faut observer afin d’avoir un maximum d’éléments qui permettent de rendre un bilan complet et adapté à la personne. La meilleure cure que l’on peut proposer est une cure qui se construit avec la personne, dans laquelle on n’impose rien.”

- Lire aussi : Devenir art thérapeute en Belgique

Un métier gratifiant

Pour Fatiha Aït Saïd, "pratiquer la naturopathie est un métier qui permet d’être en harmonie avec ses valeurs de respect de la Vie et de la Nature, d’autant qu’un nombre croissant de publications scientifiques fondées sur les preuves (evidence based medicine / practice) confirment l’efficacité de la pratique naturopathique."

Elle conclut : "De plus, la reconnaissance véritable est celle de nos patients. C’est gratifiant ! Notre profession permet d’aller à l’essentiel, à la rencontre d’être à être et vous permet aussi d’évoluer en tant qu’être humain sur les différents plans."



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus