Formation, débouchés, salaire : tout savoir sur le métier d’ergothérapeute

Formation, débouchés, salaire : tout savoir sur le métier d'ergothérapeute

Vous souhaitez devenir ergothérapeute ? Vous avez des questions au sujet de cette profession paramédicale ? Pas de souci : le Guide Social va tout vous dire ! Vous trouverez dans cet article une série d’informations au sujet de ce métier qui gagne à être connu.

En quoi consiste ce métier ?

La mission de l’ergothérapeute est d’accompagner les personnes qui ont un dysfonctionnement physique, psychique ou bien social. Il est là pour les aider à avoir, à retrouver ou à garder un fonctionnement optimal et une participation active dans leur vie personnelle ou professionnelle.

L’ergothérapeute voit le patient comme acteur de sa thérapie. Sachant cela, le professionnel organise des activités de la vie quotidienne, concrètes, ludiques, productives ou d’expression. Il étudie ou adapte l’environnement en fonction du handicap.

- [A lire] : Les nouveaux enjeux du métier d’ergothérapeute

Sur prescription médicale, l’ergothérapeute réalise des manipulations de rééducation et de réadaptation. Elles ont pour but de traiter des déficiences et handicaps physiques (traumatismes consécutifs à des accidents...) et psychiques (maladies mentales et incapacités intellectuelles). L’ergothérapeute travaille avec des publics aux âges très variés : de l’enfant au senior.

Quelles sont les compétences à développer ?

- Avoir des connaissances scientifiques ainsi que techniques
- Réagir rapidement, avec calme et maîtrise de soi, en présence d’un événement soudain
- Mettre au point et adapter le matériel ou les activités en fonction de la personne
- Travailler en équipe pluridisciplinaire de médecins et d’autres professionnels de la santé
- Appliquer rigoureusement les règles de l’entreprise en matière de sécurité, d’hygiène et de respect de l’environnement
- Obtenir l’adhésion active des personnes
- Respecter les règles de déontologie
- Entretenir et mettre à jour ses connaissances et compétences professionnelles

- [A lire] : Ergothérapeute indépendant... un défi passionnant !

Quelles sont les qualités à avoir ?

- Sens de l’écoute
- Empathie
- Patience
- Diplomatie
- Sens de l’observation
- Créativité
- Capacité d’adaptation
- Dynamisme
- Rigueur
- Résistance physique

Comment devient-on ergothérapeute ?

Pour accéder à la profession, vous devez obtenir un bachelier professionnalisant. Une série de Hautes Ecoles en Belgique propose ce cursus qui s’étale sur trois ans.

De plus, une fois le diplôme en poche, vous avez la possibilité de faire des spécialisations notamment en gériatrie et psycho-gériatrie, en psychomotricité, en art-thérapie ou bien encore en travail psychosocial en santé mentale. Et ce n’est pas fini, le bachelier en ergothérapie ouvre les portes à plusieurs masters, tels que « ingénierie et action sociales » ou « sciences du travail ».

Quels sont les débouchés ?

L’ergothérapeute travaille comme indépendant ou salarié. Il peut exercer sa profession au sein d’établissements d’hospitalisation et de soins, de maisons de repos, d’entreprises de travail adapté, de centres de santé mentale, de centres de rééducation fonctionnelle, dans des services d’accompagnement, dans le milieu carcéral, etc. Il peut également pratiquer sa formation au sein d’établissements d’enseignement spécialisé, primaire et secondaire. Il peut aussi occuper un poste de conseiller en prévention et en ergonomie auprès des mutuelles, dans les milieux professionnels ou scolaires.

Les horaires sont la plupart du temps réguliers et de jour. A noter que des déplacements sont, dans certains cas, nécessaires.

- [A lire] : L’ergothérapie, un métier en plein développement

Comment se positionne le métier sur le marché de l’emploi ?

Selon le Forem, « les ergothérapeutes sont surtout demandés dans le secteur de l’action sociale (notamment dans les maisons de repos) et, dans une moindre mesure, dans le secteur de la santé. Les emplois proposés aux ergothérapeutes sont dans la plupart des cas des emplois à temps partiel. »

Près de quatre opportunités proposées sur dix concernent des contrats à durée déterminée. Viennent ensuite les contrats de remplacement (un peu plus d’un tiers) et les contrats à durée indéterminée (moins d’un cinquième).

La plus grande part des opportunités émane de la province du Hainaut. Bien que l’expérience soit demandée dans un quart des cas, elle ne semble pas un élément indispensable selon l’analyse des opportunités gérées par le Forem.

Du côté d’Actiris, la profession est considérée « une fonction critique ». Elle est qualifiée comme tel en raison des difficultés de recrutement qui sont rencontrées en région bruxelloise pour y pourvoir.

- [A lire] : La réintégration professionnelle, un projet avec les ergothérapeutes !

Quel est le salaire ?

Le salaire de l’ergothérapeute varie en fonction d’une série de paramètres comme le statut de salarié ou d’indépendant, l’expérience, les avantages extra-légaux, etc. On peut le situer à environ 2.200€ brut pour une personne fraîchement diplômée. En fin de carrière, elle peut s’attendre à un salaire supérieur à 3.000 euros brut par mois.

Pour en savoir plus : Union professionnelle des Ergothérapeutes belges

Sources : SIEP Forem Actiris



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus