A diplômes différents, les infirmiers seront payés pareil

A diplômes différents, les infirmiers seront payés pareil

L’entrée en vigueur du système IF-IC pour les salaires des infirmiers fait débat. Celui-ci met en place une même rémunération pour tous les infirmiers qui occupent la même fonction et supprime le surplus de salaire de ceux qui possèdent une spécialisation et travaillent dans les unités d’hospitalisation identifiées comme "non-spécialisées". L’Association belge des praticiens de l’art infirmier (ACN) dénonce un manque de concertation et des injustices dans ce système.

Le métier d’infirmier est en proie à un certain nombre de changements ces dernières années. Actuellement, c’est le salaire des professionnels qui est en cause avec la mise en place du système de barèmes IF-IC. Celui-ci regroupe les fonctions du secteur des soins de santé en 218 groupes référence et attribue à chacun un barème salarial. Pour les infirmiers, cela signifie que tous ceux qui exercent la même fonction, qu’ils soient spécialisés, brevetés ou bacheliers, obtiendront le même salaire. Dans certaines unités d’hospitalisation identifiées comme "non-spécialisées" comme la pédiatrie, la gériatrie ou l’oncologie, il existera toujours une différence entre bacheliers et brevetés, mais les infirmiers spécialisés n’auront plus de surplus de salaire. L’Association belge des praticiens de l’art infirmier (ACN), qui lutte aussi notamment pour la reconnaissance de la pénibilité du métier, s’oppose à ce système.

Début du mois de novembre 2017 nous évoquions le projet IF-IC sur notre page Facebook, il y a eu des milliers de réactions, et suite à celles-ci certains acteurs des négociations (çàd syndicats et patrons) l’ont (trop) légèrement fait évoluer. Notamment, sur le principe de rémunération selon la fonction exercée et non plus selon le diplôme de base…

Nous sommes complètement opposés à cette logique (nous en expliquons la raison plus loin) et l’avons fait savoir dans les réponses données aux très nombreux commentaires qui ont suivi.

Malgré que nos mandataires aient aussi rencontré des délégués de l’IF-IC et des syndicats, il subsiste de nombreuses incohérences.

Nous regrettons vraiment de ne pas avoir été associés aux négociations patrons-syndicats pour l’aboutissement de ce projet et nous regrettons que la Ministre ait accepté de mettre en place un système IFIC sans moyens budgétaires suffisants ni aucune garantie pour le futur…

- [A lire] : Les infirmiers sollicitent Maggie De Block

Notre association se mobilise, elle veut une réforme/amélioration du système. Elle défend la prise en compte du parcours scolaire (diplômes) s’il est utile à l’exercice de la fonction.

Le 17 avril, l’acn et la FNIB organisent une table ronde avec les directions des départements infirmiers, des représentants des syndicats et des employeurs, afin d’examiner toutes les incohérences du système repérées par nos membres et nous proposerons des corrections/améliorations. Nous alerterons également les décideurs et inscrirons ce point dans nos revendications pour les prochaines élections.

- [A lire] : Etudes en soins infirmiers : une dernière chance pour les étudiants

La raison pour laquelle nous ne voulons pas d’un système qui ne prenne pas en compte le diplôme de base, c’est qu’un tel système est à nouveau une bonne excuse pour ne pas faire la clarté sur les problèmes des formations initiales et de l’injustice entre certaines infirmières. Depuis de très nombreuses années, les associations professionnelles, et l’acn en particulier, revendiquent qu’il n’y ait qu’UN seul niveau de formation en soins infirmiers en 4 ans ainsi qu’une profession d’assistance bien formée qui réponde au mieux aux besoins de notre société. Cet objectif n’est que très partiellement atteint et actuellement le CFAI (dans lequel l’acn est très active) y travaille avec beaucoup d’énergie.

Il faut réagir et nous faire entendre !

Les détails du système IF-IC et les incohérences vous intéressent ? Toutes les explications en cliquant ici.

- [A lire] : Les infirmiers disent stop !



Commentaires - 5 messages
  • Du grand n'importe quoi, on m'a obligé il y a qq années à faire ma spécialisation oncologie, pour au final ne plus rien avoir en compensation. On prend vraiment le métier d'infirmier pour de la merde. Il vaut encore mieux travailler chez colruyt quand on voit les avantages qu'ils ont.
    Nous c'est toujours plus avec moins de personnel et personne ne réagit

    Vinpa jeudi 22 mars 2018 10:07
  • La question à se poser est : l'acces A la spécialisation doit être basée sur du volontariat ! Si on fait la spécialisation uniquement dans le but de gagner plus je pense qu'on doit se réorienter ! Il faut différencier entre une qualification de 150h et une spécialisation ! Que faire des infirmiers qui font énormément de formation continue dans le but d'améliorer leur qualité de prise en charge ? Doit on les considérer plus spécialisée que ceux qui ont fait une spécialisation uniquement dans le but de travailler dans le service désiré ? Ou uniquement pour gagner plus ? Infirmier = même liste d'acte et de prise en charge dans n'importe quel service il est donc pas normal de devoir payer un Masters en sciences infirmières qui travail comme infirmier en unité d'hospiTalisation classique... et qui effectue le même job et les même responsabilité que ses collègues. Je suis pour se système ! Personne ne perd de l'argent même les spécialisée ! Et quoi si on fait2/3 spécialisation faut payer un doctorat alors pour faire le même job que son collègue bachelier ?

    Calvin07 jeudi 22 mars 2018 14:25
  • Effectivement si mon médecin qui a fait plusieurs spécialisation pour effectuer le même travail que son confrère me demander des prestations supplémentaires pour le même travail que son confrère je ne serrais pas d'accords.c'est un choix ses spécialisation.C'est pour une qualité de prises en charge. Votre garagiste a plusieur diplôme et vous factures plus que son voisin qui fait le même travail vous faites quoi ?

    Bernard 240549 jeudi 22 mars 2018 15:05
  • A lire les deux dernières réactions, cela invite à en faire le moins possible en terme de formation continue... On est content si le professionnel est davantage spécialisé que son collègue, mais on ne veut pas payer plus... Si mon garagiste plus "spécialisé" me demande plus, je le paierai car j'aurai plus confiance dans sa réparation de ma voiture qu'un autre garagiste plus "bricoleur"... Ce n'est pas parce qu'on travaille dans le secteur des soins que l'on doit se brader...

    Pf jeudi 22 mars 2018 15:32
  • sur base volontaire !? ah bon?... personnellement c'est mon employeur qui m'a gentiment invitée à me spécialiser ! sous peine de perdre ma place !... j'ai donc du diminuer mon temps de travail et étaler ma spécialisation SIAMU pour pouvoir rester aux urgences et continuer à assumer mes charges financières... on parlait même de double spécialisation !... donc oui, personnellement je trouve que quand on travaille dans le service ad hoc la spécialisation doit être valorisée.
    maintenant soyons logique, je suis d'accord sur le fait de ne pas payer plus un master qui décide de travailler dans une unité classique! ...

    Ayrine lundi 16 septembre 2019 21:56

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus