Accueillantes d’enfants, la FWB a signé les premiers contrats !

Accueillantes d'enfants, la FWB a signé les premiers contrats !

Depuis janvier 2018, 400 accueillantes d’enfants bénéficient désormais du statut de salariées. Après un combat acharné, la ministre en charge, Alda Greoli, a finalement pu concrétiser sa promesse au secteur. La signature des premiers contrats est en cours.

Les accueillantes d’enfants l’attendaient depuis plus de 30 ans : un véritable statut de salariées. Exit les salaires changeants, basés sur le nombre de bambins présents. Désormais, depuis janvier 2018, 400 accueillantes sont passées sous le statut de salariées en FWB. Un premier pas concret pour le secteur. La ministre en charge, Alda Greoli, a annoncé que la signature des premiers contrats était en cours. En FWB, près de 2.650 accueillants et accueillantes permettent d’offrir une prise en charge de près de 10.000 enfants, soit un quart des places d’accueil.

- [A lire] : Une meilleure formation pour les accueillantes d’enfants

Une phase pilote

Un appel à candidatures a été lancé au mois de janvier auprès des services les invitant à participer à un projet pilote leur octroyant le statut de salarié-e-s. Cet appel à candidature pour les accueillant-e-s du secteur privé a pris fin le 31 mars et arrivera à échéance le 31 mai pour le secteur public. « Un vrai contrat de travail va renforcer l’attractivité d’une profession exigeante et qui répond concrètement aux besoins et aux souhaits des parents. Grâce à la nature même de ce véritable contrat de travail, les accueillants et accueillantes d’enfants peuvent désormais, par exemple, prétendre à des congés payés et compter sur un revenu fixe », précise la ministre.

- [A lire] : Un premier bilan pour le secteur de l’enfance ?

Un secteur en demande

Concrètement, 200 contrats étaient disponibles pour salarier autant d’accueillant-e-s déjà en fonction. A ce jour, 650 dossiers de candidature ont déjà été enregistrés, ce qui démontre les attentes du secteur et en particulier des personnes concernées. L’attribution de ces places d’accueillant-e-s salarié-e-s se fait au prorata sur base de différents critères tels que l’équilibre public/privé et la taille du service. Un deuxième volet concernant des personnes se lançant dans la profession est également doté de 200 places. En effet, toutes les nouvelles personnes ayant le diplôme requis et souhaitant devenir accueillant ou accueillante bénéficieront automatiquement du statut. Ce volet sera clôturé au 30 septembre pour cette année. Vu la demande, les contrats surnuméraires seront réouverts au premier volet. Pour l’année 2019, 200 accueillants et accueillantes supplémentaires bénéficieront du statut de salarié. Leur nombre augmentera ensuite année par année pour aboutir totalement en 2025.

- [A lire] : La condition des accueillantes d’enfants s’améliore

Alda Greoli se « réjouit de la concrétisation de la reconnaissance d’un métier essentiel. Ce chantier historique a abouti grâce à la collaboration de quatre acteurs du secteur : les accueillants et accueillantes, la plateforme accueillantes (représentants des services d’accueil et des syndicats), l’ONE et le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Je salue à cet égard l’ensemble du secteur qui s’est mobilisé unanimement. »

Afin de suivre l’évolution du projet pilote et d’échanger des avis sur sa mise en oeuvre, un Comité d’accompagnement a été créé. Il sera présidé par la Ministre de l’Enfance et il se réunira tous les 3 mois.



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus