Aide à la jeunesse : entre précipitation et précipice

02/04/14
Aide à la jeunesse : entre précipitation et précipice

La grève menée en janvier dernier par les SAJ et SPJ montre que le risque d’embrasement est réel. Faut-il pour autant se précipiter pour faire aboutir des réformes au risque de cristalliser les problèmes dénoncés ?

Lire notre dossier : Aide à la jeunesse : la délinquance juvénile en questions et chiffres

Parmi les problèmes dénoncés par les SAJ et SPJ partis en grève à la mi-janvier, le plus criant est sans conteste le manque de places dans les institutions d’hébergement. Pour y faire face, Evelyne Huytebroeck (Ecolo), ministre de l’Aide à la jeunesse, annonçait, pour le 1er janvier 2015, la création d’une nouvelle capacité d’hébergement de 12 places en hébergement d’urgence de trois mois maximum. Toute la question est de savoir où ces places seront créées et si elles ne se contenteront pas de compenser la fermeture, il y a peu, d’une quinzaine de places dans un Service d’accueil et d’aide éducative (SAAE) bruxellois.

Appel à projets

Du côté du cabinet de la ministre Huytebroeck, on précise qu’ « un appel à projets a été adressé, le 28 mars, à l’ensemble des services agréés. L’ augmentation de capacité sera répartie au sein de plusieurs services agréés, cela pour diversifier les types de prise en charge, mais également leur localisation. » Les candidatures sont attendues pour le 1er juin.

Les capacités réservées

Par ailleurs, un projet d’arrêté du gouvernement réformant des capacités réservées a été reporté plusieurs fois. Annoncé une première fois en septembre 2013, puis en mars 2014, il devrait aboutir le 1er juin prochain. De quoi s’agit-il ? Dans chacun des 13 arrondissements judiciaires, chaque autorité mandante, chaque SAJ et chaque SPJ dispose d’une réserve de places dans les institutions d’hébergement. Une circulaire fixant ces capacités réservées devrait permettre la mise en œuvre de la réforme.

Du côté des travailleurs du secteur et des syndicats, si on ne conteste pas l’intérêt intellectuel de la démarche, on note toutefois que la disparité de l’offre existante entre arrondissements ne sera pas réglée par ce projet. De plus, la méthode de calcul semble arrêtée sur la situation du 1er mars. Relayant les inquiétudes du secteur dans une question parlementaire posée à la ministre en commission de l’Aide à la jeunesse, Antoine Tanzilli (CDH), se référant à l’expérience-pilote menée dans les arrondissements judiciaires de Dinant et de Namur depuis 2012, insistait sur « la nécessité d’adopter une méthode centrée sur l’anticipation, puisque lors de l’expérimentation, on avait constaté la diminution du nombre de prises en charge. »

Les revendications syndicales

Le Setca partage l’idée que ce projet ne réglera pas le problème du manque de places et augmentera même le côté discriminatoire. Plutôt que de se précipiter dans une réforme, d’ici les élections, il plaide surtout pour que les acquis restent acquis et que les moyens, humains et financiers, ne soient pas constamment rabotés. Maria Tansella, collaboratrice du secrétaire fédéral de l’organisation syndicale, souligne le souhait que «  les emplois subsidiés, APE et ACS, ainsi que les enveloppes budgétaires soient maintenus et indexés et qu’il ne soit pas nécessaire de constamment renouveler les demandes. Nous demandons bien sûr que ces moyens ne soient pas ponctionnés dans d’autres secteurs de l’Aide à la jeunesse, comme les AMO, par exemple. Il importe de développer les services existants et d’améliorer les collaborations entre les services. »

Caroline Dunski

N’hésitez pas à partager vos commentaires sur cette thématique ci-dessous, dans notre Forum ou sur les réseaux sociaux !



Commentaires - 1 message
  • Bonjour, je suis en 3ème éducateur classe 2 et mon TFE portera sur l'impacte d'un placement inadéquat chez l'enfant.rnPour moi un placement inadéquat veut dire que dans les écrits, la problématique de l'enfant ne correspond pas au projet de l'institution mais par manque de place à l'aide à la jeunesse, il sera orienté dans un SRJ avec tout l'impacte que cela peut avoir sur l'enfant. rnJ'aurais besoin d'un contact avec qui je pourrais en discuter. Merci

    Christel 01 dimanche 17 mai 2015 21:25

Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus