24 projets pour lutter contre le stress chronique du personnel soignant

18/01/22
24 projets pour lutter contre le stress chronique du personnel soignant

Ateliers bien-être, coaching, groupes de parole, réflexion sur la qualité de vie au travail… Vingt-quatre projets visant à lutter contre le stress chronique du personnel dans les structures de soins résidentiels bénéficient du soutien du Fonds pour des soins solidaires de la Fondation Roi Baudouin. Ensemble, ils reçoivent un total de 512.544 euros, issus des dons que des centaines de particuliers, d’entreprises et d’organisations ont adressés à la Fondation dans le cadre de la crise du Covid-19.

Après près de deux ans de crise sanitaire, le personnel de l’aide et des soins est particulièrement éprouvé, tant sur le plan physique que psychologique. Sur le terrain, les symptômes de mal-être sont nombreux : anxiété, fatigue, perte de sens au travail… Cette situation entraîne par ailleurs une augmentation de l’absentéisme et du nombre de soignants qui font le choix de quitter leur profession. Si les difficultés dans le secteur de l’aide et des soins ne sont pas nouvelles, la pandémie les a largement exacerbées, au point de placer les soignants dans un état de stress chronique. Un constat confirmé par Sciensano, à la suite de la publication des résultats du troisième volet de l’enquête qui évalue le bien-être des professionnels de l’aide et des soins.

Alertée par cette problématique, la Fondation Roi Baudouin a décidé d’orienter le dernier appel de son Fonds pour des soins solidaires vers le soutien à des initiatives qui participent à la lutte contre les symptômes de stress chronique dans les structures de soins résidentiels. Un jury composé d’experts indépendants a sélectionné 24 projets (13 en Wallonie et à Bruxelles, et 11 en Flandre), pour un total de 512.544 euros. Portés par des centres hospitaliers, des maisons de repos et de soins, des établissements pour personnes avec un handicap… les projets visent à favoriser le bien-être du personnel de l’aide et des soins, dans une démarche tant individuelle que collective.

Isabelle Hennequin, Directrice des Ressources Humaines des Cliniques Universitaires Saint-Luc UCL et Présidente du jury : "Le Fonds pour des soins solidaires a bien perçu que nous nous trouvons aujourd’hui dans la chronicité. Avant la pandémie, le stress était déjà présent, mais il était contenu et cyclique ; le personnel avait des moments pour récupérer. Aujourd’hui, non seulement le niveau de stress a augmenté, mais il est devenu une réalité quotidienne et continue. Et ça, c’est quelque chose de nouveau. Sur le terrain, on sent un épuisement général, physique et spirituel. Une perte de sens s’est installée chez des soignants qui ont choisi leur métier par vocation. Les projets sélectionnés sont très à propos car ils répondent à de vrais besoins, individuels bien sûr, mais aussi collectifs. En permettant aux soignants d’échanger, de partager, de réfléchir ensemble, on favorise la cohésion sociale et on active la résilience, source de renouvellement et de créativité."

 Lire aussi : Covid : le stress chronique continue de menacer les professionnels de l’aide et des soins

Quelques exemples

  • À Namur, l’asbl Respect Seniors, Agence wallonne de lutte contre la maltraitance des aînés, accompagnera les professionnels du centre de soins Sainte-Barbe dans une réflexion globale autour des valeurs et du projet de vie de l’institution. L’objectif étant de restituer du sens au travail des professionnels et d’impacter positivement la qualité des relations, et donc, le bien-être des aînés.
  • À Liège, le Centre Hospitalier Régional de la Citadelle de Liège a mis en place un dispositif mixte pour maintenir une bonne santé mentale et physique de son personnel. Le projet comprend deux grands axes : un axe ‘Accompagnement psychologique’ individuel et collectif (permanences, supervisions, rendez-vous individuels) et un axe ‘Bien-vivre au travail’ (détente, sport, aménagement d’espaces ‘bien-être’).
  • À Châtelet, l’asbl Trempoline, qui accompagne des personnes dépendantes et leur entourage, va proposer à ses collaborateurs des supervisions individuelles et des supervisions d’équipes, ainsi que des journées teambuilding pour retrouver une atmosphère communautaire et un esprit d’adhésion au projet de l’association.
  • À Érezée, l’association Les Arches a développé un projet autour de trois axes : le bien-être, l’alimentation et l’organisation. La maison de repos et de soins proposera à son personnel des ateliers bien-être (gestion du stress, qualité du sommeil…), mettra à sa disposition des aliments sains et proposera un coaching spécifique sur l’équilibre vie privée/professionnelle et la gestion du temps.

 Lire aussi : Covid : hausse du burn-out chez les infirmiers des urgences et des soins intensifs



Ajouter un commentaire à l'article





« Retour

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.   J'accepte   En savoir plus